vendredi 3 mars 2017

Soirée dans un château en Touraine : Découverte des lieux 1/3



Début octobre, un couple charmant nous contacte sur Wyylde.com. Leurs photos sont soignées. Tenues de soirée, Décor au style raffiné. Leur texte est clair. Le vocabulaire recherché.

Emmanuelle et Vincent nous convient courant décembre à une soirée qu'ils organisent dans un château en Touraine. 100 invités uniquement sur invitation. Ils ne joignent qu'une photo. Celle d'un château. Prise du ciel.

Nous laissons passer le temps. 15 jours plus tard, nous nous posons enfin pour leur répondre.

Compte tenu de nos pratiques/limites, ce genre de soirée peut vite devenir une corvée. Ne connaissant personne, nous ne voulons pas mettre les pieds dans un endroit où nous nous retrouverons forcément isolés. (Et sans hammam/jacuzzi)

Nous demandons donc à en savoir plus.

Mais il n'y a déjà plus de place. Malgré tout, ils nous donnent plus d'informations et nous mettent sur liste d'attente.
Moins de 5 hommes seuls sont conviés.
Pas de dress code, mais ils nous indiquent que la majorité des femmes seront en robe de cocktail.
Nous en concluons que les hommes seront en costume.
Un DJ, un agent de sécurité.

Des salons pour discuter, 5 grandes chambres avec 10 lits.


Nous profitons de quelques échanges écrits pour nous présenter les uns aux autres. Et finalement mi-novembre, des désistements ou notre charme nous permettent de figurer parmi les invités. Au hasard de nos investigations, nous tombons sur des membres de Wyylde qui indiquent y participer.

Entre temps, grâce à cette photo prise d'hélicoptère, nous avons pu trouver le château. C'est un hôtel **** dont le prix des chambres commence à 200€. Le lieu est exceptionnel.
Le carton d'invitation confirme notre enquête. A la demande d’Emmanuelle et Vincent, nous garderons le lieu secret.

C'est le type de soirée que j'attends depuis longtemps. Un lieu raffiné. Une certaine élégance dans les tenues. Nous fondons de grands espoirs dans cette sortie. D'autant plus qu'un couple que nous suivons depuis un bon moment y sera. Ils ne partagent pas vraiment les mêmes pratiques que nous. Mais leur travail photographique est remarquable. L'occasion d'en parler avec eux.

Le 10 décembre, c'est avec une certaine appréhension que nous prenons la route. Des petits soucis d'organisation nous ont mis en retard, et surtout, un brouillard à couper au couteau nous force à limiter la vitesse sur la route.

Mais, en arrivant, nous avons le souffle coupé. L'entrée, en voiture, dans l'allée est majestueuse. Les arbres centenaires exacerbent nos sens. La nuit est tombée il y a bien longtemps et les éclairages judicieusement disposés intensifient l'impression de franchir les portes d'un monde nouveau.

De nombreuses voitures sont déjà stationnées. Nous sommes les derniers. A n'en pas douter.

Je suis ma belle. Ses stilettos vernis crissent sur les gravillons. Son long manteau d'hiver me cache, pour quelques instants encore, la tenue qu'elle a choisie.

Nous gravissons le perron rapidement. Laissant derrière nous un cèdre magnifiquement éclairé à sa base. Sa force tranquille contraste avec les basses de la musique qui filtrent jusque dehors.

A l'entrée, un homme nous accueille. Il vérifie sur sa liste nos noms et nous indique la direction à prendre. Un paravent bloque la vue de ce premier salon qui héberge le vestiaire. Les portants sont remplis de manteaux chauds et j'aide ma belle à se dévêtir.

Son lourd manteau, son écharpe chaude.

Enfin, je la découvre.

A sa jupe en cuir sévère, elle a associé un haut outrageusement décolleté. Dessous, je devine l'une de ses dernières acquisitions. Un soutien-gorge très habillé couvrant également le col. Pour le bas, je me permets de rêver à des bas (connaissant ses goûts pour les collants sexy).

Nous croisons quelques couples qui sortent fumer une cigarette. Et sommes accueillis par Emmanuelle qui nous présente Vincent. Ils nous mettent à l'aise en nous invitant à prendre un verre.

Compte tenu de notre heure d'arrivée tardive, le salé est englouti depuis un moment. Et le sucré est déjà bien entamé.

Ce deuxième salon accueille des canapés et un bar de boissons soft. De nombreux groupes sont en pleines discussions. Visiblement, les participants sont venus en groupe. Il nous sera surement plus difficile de tisser des liens. Un charmant couple nous aborde. Nous parlons un moment avec eux puis nous continuons notre découverte des lieux.

Le salon suivant fait office de piste de danse. En son centre, le sol est recouvert d'un parquet. A gauche, le DJ. A droite, le bar à champagne. Autour, des canapés reçoivent les danseurs fatigués. Des éclairages d'ambiance animent la pièce. Un grand écran diffuse des photos érotiques.

Les hommes sont en très grande majorité en costume. Les femmes, effectivement, portent des robes de cocktail. Pour certaines, l'heure avancée les a incitées à dévoiler leur lingerie. Et c'est de très belles pièces qui s'offrent à nous. Corsets, guêpières et porte jarretelles jouent à cache-cache avec les autres danseurs.

Nous poursuivons notre exploration. Un long couloir mène aux différentes chambres. Toutes immenses, toutes décorées XVIIIè.

Après quelques photos et un verre, nous profitons de la piste de danse.

Nous croisons le couple photographe. Mais, pris d'une timidité inexplicable, nous n'osons les aborder.

Pa me surprend. En pleine ferveur musicale, elle enlève son haut et continue à danser en soutien-gorge sur la piste.

Mais ce n'est rien par rapport à ce que nous allons expérimenter pendant le reste de cette soirée.


6 commentaires :

Emmanuel a dit…

Merci de partager cette expérience... On se croirait dans "Eyes Wide Shut"...Vivement la suite!!!

Anonyme a dit…

Suspens.....

Mirone a dit…

C'est excitant. On a envie de connaître la suite.

Nicolas Lacharme a dit…

Cette histoire de château me dit quelque chose. Mon épouse et moi-même avions été contactés il y a deux ans pour une soirée dans le même esprit. Je n'arrive plus à me rappeler si il s'agissait de ces prénoms par contre... J'ai en tous cas hâte de lire la suite !

Pa Laume a dit…

Emmanuel :
Pas vraiment Eyes Wide Shut. Moins énigmatique. Moins froid.
Plus naturel et surement plus commun.

Mais, honnetement, se retrouver dans une soirée Eyes Wide Shut, ce doit sacrément bizarre.

Au delà de l'effet visuel, on ne doit pas trop savoir ou se mettre et quoi faire.

Anonyme et Mirone :
La suite demain.

Nicolas Lacharme :
La prochaine fois, ne laissez pas passer l'occasion ... ;-)

Nicolas Lacharme a dit…

Hélas, nous concernant, la vie de famille a rapidement remplacé les fantasmes. Avec deux petits convalescents, la question fut vite réglée ;-) !

A demain donc, pour lire la suite !