lundi 7 novembre 2016

Une GRANDE première lors de notre dernière sortie.

Et si on reprenait les vieilles bonnes habitudes et qu'on vous racontait notre dernière soirée ?

Soirée qui a vu se passer une nouveauté. Une chose que nous n'avions jamais faite jusqu’à maintenant.

Pa est excitée comme une puce. Depuis hier, je vois qu'elle me tourne autour, qu'elle me caresse, m'embrasse, me touche le sexe à la moindre occasion. Et je ne peux pas dire que cela me déplaît.

Nous sommes samedi après-midi, et nous venons de faire partir quelques SMS vers nos complices libertins locaux. Nous n'avions pas pu sortir à Tours la veille pour rejoindre un couple que nous fréquentons depuis cet été. Et ce raté semble jouer sur l'excitation de ma belle.

Mais au fur et à mesure que la soirée approche, les envies de madame évoluent. Finalement, ce n'est plus un couple qui la tente, mais qu'un autre homme se joigne à nos jeux.

Nous nous connectons sur différents sites libertins, contactons ceux avec qui nous parlons de temps en temps, et faisons chou blanc.

21h51 : Un message arrive sur le chat. Un homme seul. Nous ne sommes pas allés voir sa fiche, nous ne l'avons pas contacté, mais il tente sa chance. Comme beaucoup d'autres. (Sur Wyylde, par exemple, un samedi soir, il nous arrive d'avoir plus de 200 discussions entrantes, à 95% initiées par des hommes seuls) Nous les fermons immédiatement à chaque fois. Sauf là.
Il a ouvert sa galerie privée. Et le bel homme se dit pompier et bi.

Moins de quinze échanges plus tard, nous partons aux Amazones. Nous n'avons pas ouvert notre galerie privée. Nous ne lui avons même pas dit que nous prendrions un verre avec lui. Juste le fait, que nous nous rendions dans ce club!

Peu avant minuit, nous franchissons les portes de l'établissement, retrouvons les gérants. C'est une soirée à thème : "Coyote Girl". Pa a revêtu un haut en dentelle florale, une jupe en cuir et des bas. Ce qui se rapproche le plus du western dans sa garde-robe et c'est l'occasion étrenner cette nouvelle tenue achetée lors de nos dernières vacances en Espagne.

J'aurais préféré qu'elle se passe du soutien gorge, mais elle y ajoute également un t-shirt qu'elle s'amuse à couper juste en dessous de la poitrine. En mode crop top et son effet under boobs.

Un t-shirt que je m'amuserai à déchirer plus tard sur la piste de danse.

Nous retrouvons un couple de connaissances et entamons la soirée avec eux. Nos regards s'éparpillent un peu partout. En particulier, vers un très beau couple dont la femme porte une énigmatique horloge tatouée au poignet. Un couple qui partira finalement assez rapidement. Non sans que je soumette à ma belle le défi d'essayer de les retenir ou du moins de leur glisser notre pseudo. Défi qu'elle relèvera du mieux qu'elle eut pu. Sans succès.
(La soirée nous a permis de découvrir leur identité. Rassurez-vous, on ne s'avoue pas aussi facilement vaincu)

Pa me glisse : "Le pompier est au bar"

Mais nous ne le rejoignons pas. Il nous a dit qu'il nous retrouverait dans la piscine sur le chat. Autant ne pas le faire mentir.

Même si nous avons l'avantage de savoir qui il est. Sans qu'il sache qui nous sommes.

Après quelques tours sur la piste de danse, nous rejoignons la balnéo.

La douce chaleur nous enveloppe. Et après la douche d'usage, nous allons au hammam.

Une femme est en pleine occupation avec plusieurs hommes et nous reconnaissons notre pompier qui profite de sa bouche experte. Mais, l'audacieuse a des bouffées de chaleur et s’éclipse brusquement. Son mari la suit. Les autres, penauds, s'assoient pour reprendre leurs esprits.

Et le pompier s'assoit non loin de nous. Une fois, je le vois s'approcher un peu de nous. Sans plus. Puis je ferme les yeux.

Quand je les rouvre, ma belle a sa main gauche sur mon sexe ; et sa main droite, sur celle de notre camarade. C'est que le sapeur est audacieux ! Pa me confirmera plus tard qu'à force de s'approcher, leur main respective se sont retrouvées sur la cuisse de l'autre.

Une initiative personnelle que j'aurais pu prendre mal. Mais comme nous avions validé sa candidature, ma belle était libre de l'aborder pour l'inviter dans nos jeux.

Nous jouons avec ses seins, ses tétons, glissons une main vers sa féminité. Et elle s'abandonne.

Elle prend sa main et la pose sur ma cuisse. Il la retire rapidement. (Elle m'avouera plus tard avoir douté à ce moment là de la véracité de sa bisexualité.)

Elle le fait se lever face à elle, et prend son sexe en bouche. Lui, la caresse et, de lui-même, prend mon sexe en main pour le masturber. Nous voila rassurés.

Elle change légèrement de place et m'invite à l'aider à le sucer. Et je découvre son sexe en détail.
Je me permets un jeu de mots facile. Ce n'est pas qu'un sexe. Une vraie lance. Une sarisse même.
Bien que ma main en fasse le tour, je le prends difficilement en bouche. J'ai la chance d'avoir de l'aide à mes côtés.

Les bancs carrelés ne sont pas des plus confortables et décidons de monter vers les coins câlin.

Une petite douche, et quelques marches plus tard, nous voilà, dans la pièce que nous affectionnons particulièrement. Les murs sont recouverts de miroirs. Ma belle va pouvoir profiter du spectacle dans toutes les directions où son regard se posera.

Nous l'entourons, l'embrassons, la caressons, et je les laisse. Je me couche sur le matelas. Face à elle, debout. Notre amant, dans son dos, lui flattant les seins doucement.

Quelques secondes plus tard, elle se fait chatte et vient me prendre en bouche.

Il ne reste pas inactif, et je le vois plonger sa langue vers son sexe.

Pa est très excitée. Elle ne tient pas en place, et change de position très souvent.
Elle remonte vers mon visage et me donne sa vulve à laper. Elle libère ainsi la place pour qu'il puisse jouer avec ma queue.

Puis, elle redescend et vient s'empaler sur moi. Elle me glisse à l'oreille : "Tu as vu sa queue? Impossible que je la prenne derrière". J'interprète cela en : "Il faudra que tu t'en occupes"

Elle se retourne face à lui. Droite, décidée, elle peut alors reprendre son sexe en bouche. Je ne reste pas inactif et m'affaire en elle.
Les premiers gémissements puis cris qu'elle pousse sont étouffés par le mandrin de notre invité.

Elle retombe en arrière et il en profite pour laper son sexe et caresser le mien.

Un délice qui la conduise à lui dire : "Et si tu allais mettre un bout de plastique"

Perdu, il ne sait où trouver les préservatifs. Tout en continuant à gémir sous mes coups de boutoir, elle lui indique.

Mais le temps est long pour elle. Et lorsqu'il se rapproche de nous, elle ne peut s’empêcher de le reprendre en bouche. Elle me sollicite pour lui donner un coup de main, et de langue.

Il s'allonge.

Et je glisse à l’oreille de Pa : "Chevauche-le !"

J'attrape alors sa queue et vient caresser avec l'entrée du sexe de ma croqueuse d'hommes.
Elle la pénètre enfin. Et il n'est pas fainéant.

Elle, complètement couchée sur lui, subit la pénétration endiablée de ce sexe surdimensionné.

J'en profite pour jouer avec leur sexe respectif et leur rosette également. Lapant, léchant l'un puis l'autre.

Ma belle se redresse, ou plutôt, il l'a fait se redresser. Et ses gémissements se transforment en petits souffles contractés. Je reconnais facilement les signes de la douleur.

Voyant ses mains sur sa poitrine, et voyant surtout ma belle lui faisant baisser les mains, je comprends que sa poitrine très sensible n'apprécie pas les caresses peut être un peu brutales que la situation engendre.
Pa m'avouera plus tard qu'il n'en était rien, et qu'il fut des plus délicats avec ses rondeurs. Non, ces mains sur sa poitrine, c’était pour la redresser. Et compte tenu de la taille de l'engin, ma belle n'a pas supporté la douleur.

Elle replonge sur lui, et m'attire à elle derrière.

Le grand moment. Un moment qui n'avait pas été concluant lors de notre première tentative. 3 ans plus tard, l'occasion se représente.
Mais, alors que la première fois, c’était notre partenaire qui n'avait pu officier. Là, c'est Pa qui ne se sent pas à l'aise pour le faire. Mais c'est très rapide et je la laisse diriger la manœuvre

Elle prend mon sexe, le présente à la petite porte, essaye une, deux fois. Puis le dirige vers sa vulve.

Et cela rentre immédiatement, d'un coup. Je m’arrête net. J'ai peur de lui avoir fait mal. C'est une très GRANDE première pour nous. Familièrement. Première double vaginale. Même dans nos jeux à la maison, c'est extrêmement rare qu'un sextoy vienne rejoindre mon sexe en elle.

Mais, elle entame ses va-et-vient. Elle semble accepter nos deux queues très facilement.

Tellement facilement, que je me mets en mouvement. Je sens son sexe et celui de notre complice. Je suis serré juste ce qu'il faut. Et j’accélère le rythme. Je la tiens par les hanches et ne ralentis pas. Ses fesses viennent claquer sur mon bas-ventre. La sensation est divine. Et les soupirs poussés par notre pompier semblent être en accord avec moi.

Je m’arrête épuisé. Et m'écroule à côté sur le matelas. Elle se jette sur moi et me dit : "C'est fini pour lui. A ton tour !"

Elle me chevauche. Se redresse entièrement et monte et descend frénétiquement. Je suis au bord de l'explosion. Lorsque malencontreusement mon sexe se retrouve expulsé, la sensation de froid me tétanise. Et je me répands sur mon ventre.

Après avoir repris nos esprits et échangé quelques caresses et baisers, nous le congédions doucement, et finissons la soirée à deux.

Nous n'avons pas échangé plus de 3 phrases avec lui. Nous ne lui avons pas dit qui nous étions. Nous nous doutons qu'il l'a compris. Mais nous reprendrons contact avec lui dans les prochains jours pour nous en assurer.


8 ans de libertinage, et nous découvrons encore des choses. Nous sommes contents de ne pas nous précipiter. Chacune de nos expériences est un délice que la patience nous permet d'apprécier à leurs plus grandes valeurs.

9 commentaires :

Emmanuel a dit…

Bravo pour cette première, si bien racontée comme toujours, on ressent votre plaisir, et en même temps la solidité de votre couple qui vous a permis de franchir cette étape dans une totale confiance!!!! encore bravo et bises!!!!

lienty a dit…

Génial a lire Merci

Simon a dit…

Tres beau récit...qui m'a mis en émoi...bravo! Je ne vous félicite pas ! (Sourire)...tout y est...de la rencontre inopinée à la chaleur de vos trous corps qui monte toujours plus à chaque étage...Et que dire de vos trois sexes stimulés par chacun des trois protagonistes...du bonheur à lire et surtout celui de votre complicité à vivre ces instants...ravi d'avoir visité votre blog...j'y reviendrai avec appétit ;)

Pa Laume a dit…

Tous :
Merci à tous pour vos commentaires.

Les trios n'en sont qu'à leur balbutiement dans notre paratique du libertinage.

Nous y allons pas à pas. Mais, jusqu'à maintenant, nous n'avons pas été déçus.

MMXVD a dit…

Je relis ce texte aujourd'hui et après lecture, j'ai une impression qui ne me lâche pas. Celle que ce monsieur a simulé une pseudo bisexualité pour arriver à ses fins...

J'en parlais avec je ne sais plus qui (je me demande même si ce n'est pas avec Laume), et apparemment il y a pas mal de gars qui s'inventent une bisexualité pour pouvoir approcher ces dames.

Je n'étais pas là, donc je ne peux pas affirmer, mais c'est cette impression qu'il me reste.
Bon mois de décembre en tout cas! On réfléchit encore... mais c'est dur! lol

Pa Laume a dit…

MMXVD :
Effectivement, c'est avec moi que tu avais eu cette discussion. Et je réitère mes propos.

Concernant notre pompier, disons que si c'est le cas, il est prêt à beaucoup de chose pour arriver à jouer avec Pa.
Les différents échanges épistolaires que nous avons eu depuis semblent confirmer qu'il a envie d'aller beaucoup plus loin que de simples caresses et jeux buccaux.
Je le sens donc sincèrement bi.

Quant au calendrier de l'avent, nous attendons effectivement vos propositions.

Nicolas Lacharme a dit…

Un récit très bien écrit, un vrai plaisir à lire. Vous avez une "petite plume" comme on dit (dans le monde littéraire, s'entend :-P).

Anonyme a dit…

hhuuummmm quel magnifique récit qui m'a mis tout en émoi...je suis un homme bi et l'idée de ce gros sexe de pompier en double j'adore...trop envie de tester un jour la double vaginale...bisoux. Seb

Pa Laume a dit…

Anonyme :
Et bien, le meilleur moyen de tenter l'aventure, c'est de ne pas rester anonyme !