jeudi 19 mai 2016

Découverte du club "Le Santi's"

Samedi 7 mai 2016 – 23h45

Nous venons d'être exfiltrés à la vitesse grand V par le barman des Amazones. Il y a quelques minutes, nous avons croisé une connaissance très proche de la famille qui n'a pas la langue dans sa poche. Nous avons tout fait pour ne pas qu'elle nous voit.
Jusqu'à maintenant, lorsque nous évoquions le fait de croiser un ami, un collègue ou de la famille, nous étions de plus en plus sereins. "Pas d'inquiétude", "Nous sommes tous là pour la même chose" ou "C'est un jardin secret pour tout le monde"…

Sauf que la personne en question n'est pas très discrète sur sa vie privée et encore moins sur celle des autres.

Partie discrètement de la maison, Pa avait profité des vestiaires des Amazones pour revêtir une robe de la collection Cabaret Smoking de Maison Close. Elle avait enfin osé.

Pas sûr qu'elle retrouve le courage de la mettre.

En attendant que les retombées familiales se fassent sentir, nous décidons de ne pas nous laisser abattre et, au lieu de retourner à la maison regarder le replay de The Voice, nous nous garons devant le Santi's.

Le nouveau club du Mans. Ouvert il y a quelques mois, nous sommes passés devant à de nombreuses occasions en évoquant le fait de s'y rendre pour tester, histoire de ne pas mourir idiots. Mais le site internet et la page Facebook manquent clairement de raffinement. Les affiches des soirées sont tape à l’œil, les thèmes convenus donc décevants.

Tout comme les Amazones, il est situé en plein quartier résidentiel. Pas évident de savoir s'il y a du monde.

Nous entrons dans le sas d'accueil. Une petite brune tatouée et perçée, en lingerie fine, nous accueille avec le sourire et nous fait les amabilités d'usage : "Première fois en club libertin ?", "Première fois au Santi's ?", "Souhaitez-vous une visite du club?". Nous répondons "Volontiers!" à sa dernière question, et un homme, qui se présente comme le patron, nous salue.

Essayons de vous retranscrire la configuration des lieux :
Juste derrière l'accueil, l'accès au bar ou au vestiaire. Puis, à coté de ces derniers, l'accès à la balnéo. Nous sommes tous les 3 en chaussures mais il n'hésite pas un instant à nous faire découvrir les douches, le jacuzzi, le hammam et le sauna.
Retour en zone tempérée : nous retrouvons le bar, sa piste de danse, et un escalier qui mène au coin fumeur en bas, et aux coins câlins en haut.
1er étage : 1 glory hole et une chambre qui se ferme à clé
2ème étage : Une chambre qui se ferme à clé, une pièce séparée des voyeurs par une grille (et une chainette les empêchant symboliquement de rentrer) et une zone BDSM cachée par un voile.

La décoration est plutôt travaillée. Rien d'extraordinaire, mais il y a clairement une volonté de  donner une ambiance à chaque pièce. La zone BDSM est pourvue en accessoires : cordes, bougeoir, ... Un lit gynécologique, une croix de saint André et, surtout, une première : une chaise ou le (la) dominant(e) pourra attacher son (sa) dominé(e). Cette chaise étant située dans un petit renfoncement que l'on peut fermer avec une grille. De quoi, faire bouillir le plus candauliste des libertins.

Nous redescendons au fumoir. Pa a besoin de décompresser. L'espace n'est pas grand. Et surtout, il est bondé. 7 ou 8 personnes, dont le patron et la personne qui nous accueillis.

Nous remontons au bar en faisant une halte aux vestiaires. Pa quitte son pantalon qu'elle avait enfilé en quatrième vitesse et passe une robe longue fendue haut sur les cuisses et délicatement ornée de dentelle dans le dos (Mais combien met-elle de robes dans son sac?)
Le bar donne directement sur la piste de danse et les quelques banquettes qui l'entourent. Nous n'avons croisé personne ni à la balnéo, ni dans les coins câlins. Autour de nous, l'ensemble des personnes présentes au Santi's. 2 serveuses, le DJ, le couple de patron et 10 clients, tout au plus : 3 couples et 4 hommes seuls. Se répartissant entre les banquettes et le bar.

Nous venons de quitter les Amazones où il commençait à y avoir pas mal de monde, et nous nous retrouvons dans un club qui est presque vide.

Le DJ passe de la bonne musique. Plus moderne. Mais, il a tendance à rajouter des bruitages : des coins-coins, des cornes de brume, …
Et surtout, après avoir attaché des strings à sa cabine, il lance un concours : Une femme au seins nus, c'est un string. Une femme nue, c'est une consommation offerte.

Plus sexiste, tu meurs ! Parce que nous ne l'avons jamais entendu proposer la même chose aux hommes. Enfin, je ne suis pas sûr qu'entamer ce genre de choses, alors que personne ne danse, soit la meilleure chose pour lancer la soirée.

Après avoir fini son verre, Pa entame une danse lascive sur une barre de pole dance juste à côté de moi. Une première pour moi!
Elle est dans la pénombre. Idéal pour se désinhiber. Mais, rapidement, un projecteur l'éclaire. Le DJ semble vouloir faire profiter tout le monde du spectacle. Elle se calme tout de suite et revient se lover dans mes bras. La lumière s'éteint.
Elle se remet debout et vient se frotter à moi sensuellement. Cela me rappelle une soirée au Secret Square. Puis, s'écarte, et remonte à la barre de pole dance. Irrémédiablement, la lumière se rallume.

Lassée, elle me dit : "On va à la balnéo ?"

Dommage pour les autres clients, parce que, même dans la pénombre, ils pouvaient profiter amplement du spectacle.

Dans la balnéo, il fait chaud. Très chaud. Trop chaud. Nous ne tenons pas plus de 10 minutes dans le jacuzzi. Et moins de 5 dans le hammam et le sauna. Un comble pour nous qui pouvons y passer une nuit entière.
Point positif, nous comparons la douche à celle de notre nouvelle maison. Et oui, il y aura largement de la place pour 2, voire même 3 ou 4. Doit-on faire installer une deuxième pomme de douche ?

Nous remontons aux coins câlins. Nous les découvrons les uns après les autres, nous amusons à jouer avec les variateurs de lumière et passons par la zone BDSM pour prendre quelques accessoires : Un masque que Pa refuse tout de suite ("Je ne mettrai pas ce truc! J'ai envie de te voir me prendre!"), un martinet, une cravache et un plumeau.
Nous finissons dans une pièce à deux niveaux. Le matelas du bas est trop mou pour moi. Pas évident de s'y tenir debout. La suite est très rapide. J'ai beau jouer sur son corps avec le plumeau, elle bout d'impatience. Elle a besoin de faire sortir toutes les émotions de la soirée. C'est rapidement qu'elle se retrouve en levrette. Et je ne peux m'empêcher de jouer du martinet sur son fessier. Je me surprends moi-même à y aller plus fort que de raison. Mais ça ne la calme pas. Elle me pousse sur le lit. Se retourne et vient me chevaucher. Elle sait que cette position est fatale pour moi.

Je ne résiste pas et explose en elle.

Nous prenons 5 minutes pour reprendre notre souffle et après un verre d'eau, nous quittons le club. Les même clients sont toujours là au bar…

Le Santi's :
Points positifs :
Un très bon accueil
Des coins câlins inventifs
Une partie balnéo très bien équipée
De la musique récente sans passages répétitifs des mêmes morceaux.

Points négatifs :
Une clientèle très peu présente le soir de notre venue.
Un Dj qui en fait trop, beaucoup trop.
Une balnéo trop chaude.

A noter : juste à côté des vestiaires, un coin câlin accessible par les personnes handicapées. Un très très bon point.




7 commentaires :

Emmanuel a dit…

Vraiment une buse ce DJ!!! Et merci pour cette découverte partagée.

Netswing a dit…

Bonjour, tres bonne description de ce club que je ne connaissais pas....

Croqueur! a dit…

Merci de cette visite très érotique, surtout lorsque l'on a vu la jolie robe de Pa!
Plus sexy on ne fait pas! :)
tellement agréable de suivre vos "aventures"

Serge Dubois a dit…

On nous avait dit que le DJ était un peu trop sexiste et voyeur .
Bcp de femme aime joué dans la pénombre mais lui doit être le seul a ne pas le savoir

Pa Laume a dit…

Emmanuel:
Merci pour ton commentaire.

Croqueur! :
Il devrait bientot y avoir un article avec des photos de cette jolie robe...

Netswing & Serge Dubois :
Le club a un tres bon potentiel. Le personnel au bar est un peu froid. surtout pour une soirée ou il y a 10 clients. Le DJ n'est effectivement pas le plus adapté.
Et puis un club vide plusieurs mois après son ouverture, c'est de plus en plus suspect

Anonyme a dit…

bonjour.oui en effet!!!c est comment vu hygiene? et j ai entendu dire que le patron etait porter sur l alcool! merci car je ne voudrais pas etre decu.

Pa Laume a dit…

Anonyme :
Concernant l'alcool, nous ne pouvons rien dire puisque nous n'avons rien remarqué d'anormal.

Concernant l'hygiène, les coins calins et l'ensemble du club nous a semblé parfaitement propre. Seul bémol, le fait que le patron nous ait fait entrer avec nos chaussures dans la partie balnéo.