vendredi 22 avril 2016

Fantasmes - Dernière épreuve du calendrier de l'avent coquin de 2015

Le 24 décembre, j'écrivais ceci pour ma belle :

"Nous avons franchi quelques barrières, expérimenté des nouveautés et fait des découvertes en 2015.

Mais qu'allons-nous découvrir l'année prochaine ?

C'est le dernier jour de ce 8è calendrier de l'avent coquin. Tournons nous d'ores et déjà vers 2016.

Pour cette dernière épreuve, je te donne un délai. Je te charge d'écrire nos vœux pour cette nouvelle année. Avec une contrainte, évidemment !

Tu y évoqueras les fantasmes, les envies que tu veux vivre en 2016.

Nos lecteurs étant témoins, nous nous devrons de les réaliser.

Choisis-les bien. Et je dis "les" parce que nous ne nous contenterons pas d'une seule aventure."
--------------

Voici sa réponse :

--------------
Il y a quelques semaines, tu me lançais un défi : Ecrire nos vœux 2016.

Un défi pour lequel j'ai séché, non pas par manque de temps mais plutôt par manque d'inspiration. Bien entendu, je souhaite les meilleurs hospices amoureux et coquins à tous ceux qui le veulent. Je remercie également nos partenaires coquins qui nous sout

iennent et acceptent nos délais d'attente. Chaque produit a fait ou fera l'objet de tests en 2016.
En prévision un très beau moulage phallique en silicone notamment...

La partie du défi où fallait écrire mes fantasmes me semblait trop dure. Peut être n'avais-je pas l'inspiration... Je n'ai jamais eu réellement de fantasmes, de désirs sexuels conscients ou inconscients à confesser en public ou en privé. Nous avons une vie sexuelle basée sur l'échange et une communication libre. Cette philosophie ne m'a pas incitée à laisser vagabonder mon esprit coquin même lors de mes séances coquines solo. Tout ce que j'ai pu imaginer ou entreprendre, je t'ai mis très vite dans les confidences. Par conséquent, je n'ai pas cultivé ce côté mystérieux, personnel et intime du fantasme.

Aujourd'hui en avril, nous avons eu l'occasion de nous replonger dans le monde du libertinage. Comme de vrais petits gloutons, nous sommes énormément sortis pendant les vacances de Pâques. L'appel du jacuzzi a été très fort et nous avons été bien faibles pour lui résister. Un beau moment de partage en couple et de retrouvailles intimes. Au grès de nos petites baignades, nous avons eu de petites aventures coquines non calculées. Un cote à cotisme avec une belle blonde élancée aux seins girons et aux tétons pointus. Un beau brun sportif à la peau douce généreux de sa langue.

Et puis, il y a une histoire... différente

L'histoire de cet homme que nous avons vu plusieurs fois lors de nos sorties en club libertin. Un homme qui m'est littéralement rentré dedans. Après quelques flatteries et regards de braise à mon égard, ce dernier a témoigné son désir de manière rustre et bestiale. Dans un coin sombre et isolé d'un couloir du club, lorsque j'étais seule, ce Don-Juan m'a surprise en insérant sa langue dans ma bouche et glissant sa main vers mon sexe. Un geste que j'aurais violemment repoussé si je n'en avais pas eu autant envie que lui. Un bref moment de vice. Un moment d'interdit par rapport à nos limites de libertins et d'amoureux. Un temps où l'on ne pense plus à l'autre et à ses engagements. Un instant d'adultère et d'égarement.

Comment faire pour que ces quelques rêveries et moments d'abandon ne puissent pas mettre à sac une relation d'amour, construite et établie depuis une dizaine d'années, avec un bel avenir devant elle? La première réponse qui m'est venue, c'est en parler ensemble immédiatement les yeux dans les yeux, main dans la main. Ne pas rompre ce fil de vérité qu'il y a entre nous. Et demander ton pardon.

Mon corps et mon esprit sont aujourd'hui en flottement. Malgré les remords, ma déesse intérieure désire cet autre. Une attitude de midinette m'envahie. J'ai aimé être charmée, goûtée. Mon amour propre a adoré. Je suis ravie d'être ta femme et d'être une femme désirée par ce bel homme.

Un coquin dont nous ne connaissons ni le prénom ni les pratiques. Un homme dont le charme a eu des retentissements sur mes envies, mes rêves érotiques. Je peux aujourd'hui te parler de fantasmes. Les idées fusent autant qu'il y a de fourmillements dans mon bas ventre. L'étalon a ouvert un nouvelle porte dont tu as la clé. C'est dans ce sens que j'ai créé ces fantasmes.

Ton ouverture d'esprit généralement m'impressionne. Le plaisir que tu ressens lors de nos sorties priment largement sur tes craintes et des émotions de jalousie préalables. Ces fantasmes ne peuvent être parfaits que si tu es dans ce même état d'esprit. 

Dans mon idée, je suis une marionnette dont tu articules les ficelles. Une marionnette « chaude comme la braise ». Une femme qui a envie d'être offerte à son amant par son mari. J'imagine quelques scénarii où tu aurais organisé une rencontre sans que je sois au courant.

Thème : 40 jours, 40 nuits...
Tu me demandes d'aller laver la couette au lavomatique près de chez nous. Pendant que j'insère le linge dans le tambour, une main frole ma croupe et soulève ma jupe. Je ne sais pas si c'est toi ou lui. Vous êtes là tous les 2 à m'attendre avec un regard coquin et joueur. Nous revenons à la maison à 3...

Thème : La dernière séance...
Nous partons tous les 2 au cinéma en ville. J'ai mis une belle tenue comme tu les aimes. Nous allons voir un film d'action. Dans la salle obscure, tu réserves une place à côté de moi. L'inconnu qui arrive n'en est pas un. Peu importe le film, j'aurais certainement beaucoup les yeux fermés de plaisir quand vous remontrez vos mains sur mes cuisses chaudes et impatientes...

Bricolage :
Tu me demandes d'aller faire des courses, dans un magasin de bricolage. Pendant ce temps, tu attends sur le parking. Nous manquons d'un outil rond, lourd avec une bonne prise en main (un gourdin par exemple). Tu me demandes de t'en ramener un sans l'avoir encore déballé. Nous le testerons ensemble à la maison en espérant être 100% satisfait.

Oseras-tu organiser cela ? Ces fantasmes n'ont pas pour but d'être réalisés à tout prix. Je partagerai mon excitation si elle te fait vibrer également. Bisou mon canard.


1 commentaire :

Miss Isis a dit…

Quelques fantasmes bien sympathiques :) Le premier est à risque mais il faut savoir parfois en prendre .
On aime beaucoup votre blog, il donne très envie d'en créer un également pour y raconter nos expériences :)