jeudi 26 mars 2015

Un vendredi soir à paris : L'apéro libertin de M. Chapeau

3 ans que nous rations les apéros libertins organisés par M. Chapeau.

Entre le déménagement, les changements d'emplois, les tracas du quotidien et une flemme périodique, nous n'avions jamais participé à cette soirée. Chose que nous avons corrigée le mois dernier.

Commençons par le commencement :

Qu'est-ce qu'un apéro libertin organisé par M. Chapeau ?
C'est avant tout une soirée verticale. Donc pas de coquineries, pas de gens tous nus, pas de spectacles libidineux, ...
Juste des hommes et des femmes qui viennent prendre un verre, partager un repas et discuter de beaucoup de choses (et principalement de libertinage). Pour mettre un visage sur un compte Facebook, pour mettre un prénom sur un pseudo. En moyenne, une cinquantaine de pique-assiettes se retrouvent. Parfois plus. En fonction de la météo, de la date des vacances, de la position de la lune et du nombre de mots différents dans la dernière chanson de David Guetta.
Si certains veulent poursuivre chez eux ou en club, pas de souci. Mais aucun mot d'ordre n'est donné. A chacun de s'organiser.

Quand est-ce?
Tous les mois. Habituellement, le dernier vendredi du mois. Le prochain, c'est demain soir !

Ou est-ce?
C'est secret. (et parfois, ca change). Un indice : c'est à Paris.

Comment savoir ou est-ce?
Il faut être invité.

Comment être invité?
Demander à M. Chapeau... qui ne vous invitera pas obligatoirement. Et oui, c'est un peu autocratique. Les conditions d'accès sont aussi simples (pour certains) qu'elles sont complexes (pour d'autres) :
Ecrire correctement : M. Chapeau n'a pas envie d'avoir les yeux qui saignent.
Respecter le libertinage (au sens large du terme) : grosso modo : respecter l'autre, respecter toutes les pratiques. (et respecter ne veut pas dire pratiquer)

Combien ça coûte ?
L'entrée est gratuite. Les consommations à votre charge.

Pour qui est-ce ?
Pour tout le monde. Homme, femme ou couple. Débutant, occasionnel ou confirmé. Homo, Bi, hétéro, ...
D'ailleurs, je conseille souvent aux débutants franciliens de prendre contact avec M. Chapeau. Parce que ces soirées sont quand même le meilleur moyen pour des libertins en devenir d'obtenir toutes les réponses à leurs questions.



Nous devions aller dans notre appartement à Versailles le samedi. Alors, autant arriver la veille et passer une soirée à se changer les idées. Comme d'habitude, on s'y prend au dernier moment. AirBNB, c'est bien, mais ce n'est pas très réactif. Un hôtel fera donc l'affaire. Et nous le choisissons joli pour y faire quelques photos le lendemain matin.

Pa porte une robe en maille grise et un opéra argenté. Moi, un costume sombre. 21h30, nous franchissons les portes.

La soirée bat déjà son plein. Certains sont à table. D'autres prennent un verre.
Le lieu n'est pas sexy. Mais ce n'est pas ce qu'on lui demande.

Un homme à chapeau se retourne et nous souhaite la bienvenue. Nous n'imaginions pas M. Chapeau comme cela. Que c'est bon de mettre enfin un visage sur un pseudo !

Nous posons nos vestes. Et prenons un verre. Mais nous sommes de grands timides. Pas évident de rentrer dans un groupe qui se retrouve périodiquement. En petits nouveaux, nous multiplions les cigarettes. Le tabac n'a pas beaucoup de vertu. La principale étant quand même de rapprocher les gens.

A l'intérieur, nous croisons Comme Une Image. Puis un couple de manceaux qui, comme nous, ont fait le déplacement à la capitale pour le weekend. Nous sympathisons. C'est leur deuxième apéro. Ils nous dépucellent. J'entame la discussion avec un beau jeune homme. Il joue le mystérieux, mais m'apprend que nous avons déjà eu l'occasion de chatter sur un site libertin, et que, depuis, ils ont changé de pseudo. Ils habitent à deux pas de Versailles.

Après un intermède aux toilettes, je surprends ma belle en pleine conversation. Elle a surpris un "Il parait que Palaume est là." Elle s'est donc incrustée dans la conversation.

Serions-nous des "stars" ?

L'heure tourne, et les coquins s'en retournent dans le froid parisien.

De notre côté, notre appétit charnel s'est réveillé et nous ne voulons pas en rester là. L'hôtel n'est pas loin. Mais le club libertin, le Mask, non plus.

Malheureusement, nos complices sarthois et yvelinois ne nous suivrons pas. Dommage, la soirée s'annonce lutine.




Petit bémol de Laume (Parce que Pa, n'est pas, mais pas du tout, d'accord) :
Je m'attendais à ce que M. Chapeau joue les hôtes de soirée. C'est à dire qu'il accueille (ce qu'il fait), puis qu'il présente les nouveaux arrivés à certains présents. Par affinité, lieu de résidence, ... Nous sommes restés un moment seuls. Pas évident.
Mais, je comprends M. Chapeau. Il organise déjà tous les coulisses. Il n'a pas forcément envie d'être le maître de cérémonie. Il a le droit de profiter. De toutes façons, les nouveaux sont pris en charge par les anciens. Et tout cela, très naturellement. Même pour de grands timides comme nous.
En conclusion. je répète ce que j'ai déjà dit. C'est une super soirée. Allez-y.


2 commentaires :

Comme une image a dit…

Eh eh ! C'est amusant, je ne vous imaginais pas non plus comme ça ;-)

Mais, oui, quand M. Chapeau m'a annoncé votre venue, j'ai trouvé que c'était une excellente nouvelle et je suis ravi d'avoir posé deux visages sur des pseudonymes familiers !

Peut-être aura-t-on l'occasion d'échanger plus longuement à une autre occasion...

Pa Laume a dit…

cui
Avec grand plaisir.