lundi 10 mars 2014

Retour au Moon City

16 novembre 2013 :

3 semaines que nous venons de vivre un week-end plus que torride (récit très bientôt). Une expérience toute nouvelle. Nous avions franchi un cap cette soirée là et nous avions du nous séparer le lendemain.
Moi, de retour au Mans, et Pa, toujours installée à Versailles.
Nous avions réussi à garder notre calme les 2 derniers week-ends, mais, aujourd'hui, ce n'est plus possible. Il faut qu'on se lâche.

A l'initiative de Pa, nous sommes sans enfant ce soir. Et au regard, qu'elle m'a jeté depuis ce matin, elle n'a pas envie que je lui propose un ciné ou un théâtre.
Elle n'est JAMAIS à l'initiative de nos sorties libertines et pourtant, dans le feu de l'action, c'est elle qui mène la danse.

Elle s'en défend, mais elle n'a jamais dérogé à la règle.

Comme à notre habitude, nous tentons de rallier à notre cause nos quelques contacts coquins. Mais personne ne peut se libérer. Cela nous apprendra à les prévenir 3h à l'avance. En même temps, c'est ce qui nous excite le plus.

Une fois sur place, il est déjà tard. Plus de 21h. Mais le buffet est encore garni. Et nous nous jetons dessus. 

Une fois rassasiés, nous passons à la douche et plongeons dans le jacuzzi. Nous profitons surtout de ce moment à deux pour nous retrouver. Les semaines l'un sans l'autre sont longues et nous avons besoin de réapprivoiser nos corps.


Une fois repus de caresses et de massages, nous montons à l'étage. Les dames, ce soir, sont très expressives. Les mélopées envahissent le couloir des coins câlin qui sont malheureusement tous occupés.
Nous redescendons donc prendre le dessert. Le temps d'observer la clientèle et quelques beaux couples nous tapent dans l'œil. Particulièrement, un viking et sa compagne à la peau d'ébène que nous voyons passer juste au moment où nous arrivons. Ils semblent avoir de l'avance sur nous. On verra si le destin les met sur notre route.

Ce soir, encore une fois, c’est Pa qui nous mène. Encore un tour aux coins câlin, puis redescente au jacuzzi. Elle ne tient pas en place. Je ne saisis pas tous ces changements de programme. Au milieu des bulles, un couple charmant nous fait de l’œil, et je suis Pa qui semble prendre le même chemin qu’eux. Mais, d’un coup, elle change d’avis et retourne vers le bar.

Ce n’est qu’une fois assis dans le carré bas que je comprends son manège.

Le viking, un colosse musclé, tatoué, barbu au crâne rasé est entrain de câliner doucement sa frêle compagne. Une frêle demoiselle à la peau d’un noir intense. Leurs gestes sont lents mais passionnés et Pa s’emploie à les imite. Je ne peux que m’exécuter à sa suite.
Le jeu dure, mais nous n’arrivons pas à attirer leur attention. (Plus vraisemblablement, ils nous ont vu et ne nous trouvent pas à leur gout). Et lorsqu’ils se lèvent en direction de l’étage, nous montons également. Mais leur jeu ne se fera qu’à deux.

Nous nous replions vers le sauna puis le hammam. Un plaisir que nous n’avons pas encore essayé ce soir. Ce dernier est bondé. Je me retrouve coincé entre le bouddha à ma droite, et ma belle à gauche. Les hommes seuls sont légions. En face de nous, des audacieux tentent une approche auprès d’une femme qui s’est couchée en haut des marches. Au final, ce seront 6 mains qui courront sur son corps.

Pa me caresse doucement la cuisse. Ce qui éveille rapidement mon sexe. Que j’aime les hammams ! La vapeur lubrifie parfaitement la peau, et ma coquine peut se permettre de toucher mon gland, habituellement très sensible. Je ferme les yeux. Le moment est torride. Il va falloir trouver un coin câlin rapidement. Mais, elle s’interrompt. Et me murmure à l’oreille : « Nous sommes invités à suivre un couple. »
Je n’ai qu’une seconde pour les voir. Un beau couple de notre âge, et ma belle semble décider à les suivre. Rapide passage par la douche et nous entamons, à quatre, la recherche d’une pièce pour nous accueillir.

Le double est disponible. Nous ne l’avons jamais testé. C’est une pièce en longueur, un ancien couloir. Accessible par les deux extrémités et séparé en son milieu par une large grille. Nous rentrons tous d’un côté. Pa a une idée bien précise et elle dit une phrase que nous ne comprenons pas, puis elle ressort. Nous la suivons, et la rejoignons de l’autre côté. Hors, elle souhaitait que chaque couple reste chacun de son côté. Pendant ce temps, l’autre partie s’est vue prise par un autre couple. La suite semble difficile. L’espace est contenu pour les quatre coquins que nous sommes. Nous ressortons donc. Et nous trouvons presqu’immédiatement un autre endroit. Plus grand, mais aussi plus frais.

Nous nous installons. L’excitation est quelque peu retombée alors nous faisons connaissance. Un couple très sympa. Mais le contact est difficile. Pa s’emploie donc à me faire bander. De simples caresses, puis une fellation. Elle me confie donc la suite de la discussion qui devient, d’un coup, beaucoup plus hachée.
Les hostilités sont lancées. Les filles nous font asseoir sur le bord du matelas et s’agenouillent entre nos jambes. Elles alternent entre fellation experte, caresses sur leur peau douce et baiser saphique voluptueux.

Un spectacle délicieux.

Mais la coquine est aussi chaude que la mienne. Elle se relève et dirige Pa vers le matelas. Elle la fait s’allonger et vient jouer de la langue sur son corps. Ma belle me sert fort les doigts. Sa complice semble savoir s’y prendre.
De son coté, lui ne reste pas inactif. Il joue aussi de la langue sur sa belle.
Les gémissements commencent à envahir la pièce et, après avoir offert ma queue à la bouche gourmande de ma belle, il devient urgent de faire baisser la pression.
Mais elles ne semblent pas du même avis.

Elles nous repoussent puis nous tournent le dos. Elle s’installent alors en levrette au bord du matelas échangeant caresses et baisers sulfureux.

Devant ce panorama fascinant, nous ne restons pas désœuvrés et venons honorer nos compagnes comme il se doit.
Mais, rapidement, ma belle s’arrête de bouger. Et s’assoit. A côté, les mouvements ont cessé également. J’entends le froissement du sopalin.

Pa me dira plus tard que notre ami a dû venir trop tôt au gout de sa belle. Elle a soufflé « Bon, ca, c’est fait » d’un ton agacé et surtout frustré. Pa n’ayant pas envie d’enfoncer le clou a alors décidé de faire une pause.
Ils nous laissent rapidement. L’ambiance est retombée d’un coup et il n’est pas vraiment le moment d’aller prendre un verre avec eux.

Nous filons à la douche. Besoin de se réchauffer. Et de continuer ce que nous avions si bien commencé. Faire l’amour sous l’eau est l’un de nos plaisirs favoris et notre salle de bain à Versailles ne nous permet pas ces jeux aquatiques.
(note pour plus tard : Acheter une maison au Mans avec une salle de bain immense)

Quelques coquins profitent du spectacle. Ma belle a mes pieds. Réalisant une fellation exquise. Masturbant, léchant, caressant mon sexe qui n’y tient plus. Elle s’offre à moi. Son visage, sa gorge, …


Habituellement, le retour à la maison se fait dans le calme. Dans les bras l’un de l’autre jusqu’à la voiture puis mademoiselle s’endort alors que nous roulons dans la nuit.

Mais cette fois, visiblement, elle n’est pas rassasiée. Elle me taquine pendant que je conduis, me glisse des phrases obscènes à l’oreille et se dévoile à la vue des passants.

Les 4 étages à pied ne la calment pas

L’appartement en travaux non plus.

Elle a décidé de me faire ma fête et de ne pas laisser son tour. L’appartement en dessous du notre est en travaux et inoccupé. Heureusement, nous aurions réveillé les voisins.

Elle sort sa baguette magique, le lapin coquin. Elle vide le tube de lubrifiant. Mais elle n’en a pas besoin. Moi si. Parce qu’elle a décidé qu'il n’était pas question que son double dong ne lui serve qu’à elle. Je vais être mis à contribution. Dos à dos, cul à cul, la fin de la nuit sera orgasmique et les sensations fantasmagoriques.

9 commentaires :

Les Épicuriens a dit…

Nous avons franchi le pas du sauna libertin et découvert le Moon un peu (beaucoup) grace à vos récits. Maintenant que l'on connaît les lieux c'est un peu comme si nous étions avec vous ! Et de réaliser que nous ne sommes pas les seules à hésiter, monter, descendre, remonter, ... ;-)

Pa Laume a dit…

Les épicuriens :
Nous sommes ravis de voir que nos récits inspirent nos lecteurs au point de leur faire franchir le pas.

Bienvenue dans ce monde merveilleux.

Anonyme a dit…

Bonjour Pa Laume,
Merci pour vos récits si agréables à lire et qui donnent l'envie de franchir le pas...
Mais à quand la suite promise ?
Bises libertines
Priape59

Whisper a dit…

Bonsoir,
nos explorations vagabondes du net pour essayer de découvrir le libertinage nous ont amené sur votre blog.
Très agréable à lire, comme un roman. Merci à vous, et bienvenue au Mans.
Au plaisir de vous relire

Pa Laume a dit…

Anonyme :
Très bientot. j'espère. nous avons des emplois du temps très chargé en ce moment.

Whisper :
Merci beaucoup. bonne lecture.

Anonyme a dit…

Nous devons aller au moon samedi soir... J en ai très envie mais très stressée aussi!! Votre première fois au moon m a détendue avec la qui gardait son paréo partout et qui se changeait dans les toilettes je me sentirais moins seule!

Pa Laume a dit…

Anonyme :
Profitez, c'est le mot d'ordre.

Prenez, ce que vous voulez prendre.

Coquinez a 2, ou a plus. Ne coquinez pas, peu importe.

Ne vous forcez pas, pour rien.

Et vous y reviendrez si cela vous plait.

Anonyme a dit…

Merci . continuez votre blog il est juste... absorbant!

Pa Laume a dit…

Anonyme :
Alors comment ca s'est passé ?
Des détails ! Des détails! Des détails.