mercredi 9 février 2011

Atlantide sauna : Une soirée pleine de surprises

Juste avant d’entamer notre calendrier de l’avent coquin, en décembre dernier, nous avions reçu une invitation.

L’équipe de l’Atlantide sauna nous conviait à l’anniversaire de l’établissement. Des travaux avaient été effectués pour le moderniser et le mettre aux normes.

Flattés et curieux, nous ne pouvions refuser la proposition.

Donc, fin novembre, nous étions dans la voiture, à espérer trouver une place, tellement habitués à subir les affres de la circulation de Pigalle.
Mais, ce soir la, aucun souci. Notre carrosse trouva sa place sans problème. Une généralité du quartier ?

Nous poussons la porte de l’établissement, et nous retrouvons dans un sas fermé. Par la fenêtre, nous apercevons les personnes présentes. Que des hommes.

Une petite dizaine d’homme nous fait face. Tous habillés, tous chaussés, tous un verre à la main…

Soit, on avait lu l’invitation en diagonale, soit on n’avait pas bien compris le principe de l’anniversaire, mais le concept était en total opposition à nos attentes.

Pa, évidemment la plus gênée, a du croire à un traquenard. Et sa main, d’un coup dans la mienne, s’est tout de suite raidie. Du style : « Dans quoi, on s’est encore fourré ?»

Nous avions lu inauguration et avions déduit : test du sauna, du hammam, caresses avec un couple rencontré à l’improviste.

En fait, il y avait inscrit « soirée de présentation presse » et donc ce fut visite en bonne et due forme du lieu. Et tous les messieurs présents n’étaient que des journalistes venus travailler. Mais vu leur tête, ils ne s’attendaient surement pas à voir débarquer une jeune femme.

Rapidement, nous sommes pris en charge pour que les regards inquisiteurs se dissipent. Un verre à la main, un petit four dans l’autre, nous entamons la visite des lieux.

Le bar à gauche, un escalier à droite, les vestiaires en face. Nous commençons donc par le rez-de-chaussée. Nous avançons à la suite de notre accompagnateur et découvrons le sauna, le hammam et une salle vidéo (si ma mémoire est bonne). Puis, nous descendons au niveau inférieur et découvrons les coins câlins. Quelques vitres et miroirs bien placés, un couloir plongé dans le noir. L’espace est accueillant. Détails qui ont leur importance : préservatifs et gel sont en nombre et finissent facilement dans les corbeilles judicieusement bien placées.

Mais surtout la modernité des lieux saute aux yeux. Tout est neuf. Les finitions sont parfaites. L’ambiance est au gris et rouge. Cela donne un sentiment de dureté. Mais nous sommes seuls dans le club et, avec des clients en pleine action, l’impression doit être tout autre.

Surtout, l’accueil est incroyable. Nous posons beaucoup de questions, essayons de comprendre l’état d’esprit de l’équipe et le climat qu’elle souhaite instaurer.

Nous découvrons un nouveau monde. L’Atlantide sauna est principalement fréquenté par des homos, des trans et des travestis. Quelques couples évidemment, mais ce n’est pas le gros de la clientèle. Il attire les cadres en mal de sensation qui viennent s’encanailler entre deux réunions.

Le lieu est ouvert de 12h à 22h. Donc en total décalage avec la plupart des clubs parisiens. Nous ne manquons pas de les questionner sur l’ouverture en soirée. Mais apparemment, les différents essais furent des échecs et la clientèle aux abonnés absents.

Quand nous remontons enfin, tous les journalistes ont disparus. Il faut dire que nous étions arrivés avec une bonne heure et demie de retard. La prochaine fois qu’on nous invitera à une soirée presse, nous saurons.

Nous sommes restés là à discuter pendant une bonne heure au moins. Mais je ne saurais être précis sur la durée tant la conversation fut fluide et l’échange d’idées intéressant.

Au menu, entre autre, la transformation de libertinage avec l’arrivée d’internet ; la nécessité pour les professionnels de s’adapter à cet outil ; la difficulté qu’ont à se côtoyer hétéros et homos même lorsqu’ils sont libertins et sont donc censés se respecter ; la volonté de l’équipe de ne pas cloisonner, de ne pas réserver un jour pour les hommes, un autre pour les couples …

Nous avons quitté l’Atlantide sauna avec le cœur léger. L’entrée avait été déstabilisante. Le départ, à regret.
Des regrets, parce que nous savions que nous aurions peu de chance de revenir. Lorsque nous sortons, nous avons quand même l’espoir de rencontrer des couples. Et l’Atlantide ne les attire pas tant que ca.

Mais, c’était sans compter sur les bonnes surprises du mois de janvier (j’y reviendrai dans un autre billet).

Nous avons donc reçu l’annonce de l’organisation d’une soirée spéciale couple. Et avons répondu bien évidemment par l’affirmative. Nous relayons donc le message ici. Et convions tous les couples qui lisent ce blog à franchir le pas. Les débutants qui ne sont jamais sortis, qui n’ont pas encore osé franchir le pas, allez-y. Sautez à pied joint dans le libertinage. Et rassurez-vous, le 18 février prochain, tout le monde sera un peu hésitant. Parce que peu de couples libertins ont eu l’occasion d’entrer à l’Atlantide sauna.

Petits rappels organisationnels :
L’entrée est à 20€. Ca change des tarifs prohibitifs pratiqués ailleurs.
Les consommations sont ridiculement bon marché.
La gare de Lyon est à deux pas et la circulation très tranquille.


Pour vendredi 18, n’oubliez pas que les horaires sont de 19h à 23h.

6 commentaires :

Milo77 a dit…

On attends avec impatience votre récit de la soirée d'hier à l'Atlantide ! on voulait y aller mais au dernier minute dame nature en à décidée autrement ....

Emmanuel a dit…

On regrette aussi d'avoir manqué cet événement, qui nous aurait permis de faire enfin votre connaissance. On était en vacances à quelques centaines de kilomètres. Nous attendons votre récit avec impatience. bises

Palaume a dit…

Milo77 :
Il est en cours de rédaction. Une très bonne soirée dans un établissement très convivial. Vous avez raté un moment rare.

Pour tous :
Si l'hygiène est un facteur primordial, vous pouvez y aller tête baissée. C'est le top du top. Dès que vous sortez d'un coin câlin, un employé se déplace pour nettoyer. Rien par terre. des poubelles partout...

Palaume a dit…

Emmanuel :
Les absents ont toujours tort.

Réseau Libertin a dit…

J'espère que votre seconde entrée dans l'établissement à été moins éprouvante ;-)

Palaume a dit…

Réseau Libertin :
Beaucoup moins. Aujourd'hui, ce sont plutôt nos emplois respectifs qui sont très éprouvants et nous enlèvent toute motivation pour écrire ce billet.