vendredi 29 octobre 2010

Swingtown




L’origine :
Aux commandes du projet, Mike Kelley. Scénariste, producteur, il a déjà à son actif des séries telles que One tree hill (les frères Scott), Jericho, Newport Beach,… Du lourd donc.

Il propose la série à HBO et à Showtime. Deux chaines connues pour leurs productions décalées. La première à qui l’on doit Oz, les Soprano, Rome, Sex and the city ou Six feet under a déjà, à l’époque, deux projets traitant des relations de couple : "Big Love" ou les tribulations d’un polygames vivant avec ses 3 femmes et "Tell me you love me" qui suit une conseillère conjugale et dans laquelle (la série, pas la conseillère) les scènes de sexe sont chaudes. Tellement chaudes que certains ont cru qu’elles n’étaient pas simulées.
La seconde, Showtime (Dexter, Queer as a folk, The L World, The Tudors, …), est intéressée. Mais ils ont Californication et Secret Diary of a Call Girl, et la maison mère, CBS, trouve que le sexe y est déjà très présent. Elle se l’approprie donc.



Autant le dire tout de suite, la série ne dure que 13 épisodes. Le sujet, l’échangisme, est délicat. Surtout sur une chaine nationale comme CBS. Elle a plutôt bien fonctionnée. Les audiences étaient bonnes. Mais le diffuseur a eu peur qu’elle s’essouffle et que le public se lasse. Ils ont étudiés un temps la possibilité de la poursuivre sur une chaine du câble, mais l’idée fut abandonnée.

Mike Kelley aurait un autre projet dans ses valises : "BiCoastal" qui raconte l’histoire d’un homme partagé entre sa famille à Los Angeles et une relation amoureuse naissante avec un homme à new York. Sans nouvelles.



L’histoire :
En 1976, un couple dans la trentaine quitte leur quartier pour emménager quelques kms plus loin dans une banlieue aisée de Chicago. Leurs nouveaux voisins vont leur faire découvrir la libération sexuelle ce qui mettra en péril l’amitié qui les lie à leurs anciens voisins.


Les personnages :
Susan & Bruce Miller (Molly Parker & Jack Davenport):
Comme beaucoup des femmes de cette époque, Susan est mère au foyer. Elle a hérité des valeurs traditionnalistes des femmes des années 50. Elle élève leurs deux enfants Laurie et B.J. Bruce est trader à la bourse de Chicago. Le marché est florissant. Il y rencontrera Melinda.

Trina & Tom Decker (Lana Parilla & Grant Show):
Les nouveaux voisins et amis des Miller. Trina est une femme sure d’elle, épanouie et libérée. Elle mène des combats pour le droit des femmes et assume son indépendance. Son mari, Tom, est pilote de ligne. Et suite à une petite soirée trio avec une jeune hôtesse de l’air, il ne pourra refuser de piloter sur la nouvelle ligne reliant Chicago à Tokyo. Déçus d’être éloignés, ils en profiteront pour s’essayer au sex-phone.

Janet & Roger Thompson (Miriam Shor & Josh Hopskins):
Les anciens voisins des Miller. A première vue, Janet est restée dans les années 50. Pour elle, un homme doit travailler, une femme doit cuisiner. Roger est vendeur d’assurance. Un métier qui ne lui plait pas. Et une vie qui ne semble pas lui plaire. Enfin, peut-être pas autant que celle de ses amis.


Analyse :
Autant le dire tout de suite, nous avons beaucoup aimé cette série. Le sujet nous parle. Les préoccupations de ces couples raisonnent vraiment en nous. Comment sortir de nos vieilles traditions ? Comment ne pas se sentir coupable lorsque tout, en nous, nous dit que le libertinage n’est pas la bonne voie ?

Les scénaristes ont vraiment compris ce qu’était le libertinage. Avant même le sexe, cette série parle de respect et de liberté individuelle.
Le couple Decker, les initiateurs, échangistes sont avant tout à l’écoute de leurs envies, de leurs corps et de leurs pulsions. Ils communiquent en permanence.
D’ailleurs, la série met l’accent sur le dialogue, et plus le dialogue s’installe dans les couples, plus ils sont heureux.

Le jeu des acteurs est tout en retenue. Les regards sont tour à tour gênés, voyeurs, interrogatifs puis coquins. Les gestes convenues des ménagères de moins de 50 ans se transforment également en sensuelles caresses, mais n’espérez pas en voir plus. Le sexe est l’objet de toutes les interrogations mais je ne suis même pas sur qu’on voit un bout de téton.

Donc, précipitez-vous. Profitez-en. En cherchant bien, il est encore possible de la télécharger ou de la regarder. Pas sur qu’une chaine reprogramme cette série un jour.

3 commentaires :

MMXVD a dit…

Bonjour,

oui, cela fait plusieurs fois qu'on me parle de cette série, et de la part de beaucoup de non libertins.

Il va donc falloir que je m'y mette au plus vite! ;)

Merci de cette critique, ça donne un bon avant goût.

Emmanuel a dit…

bonjour
merci de ce précieux conseil
une approche tout en dialogue et en complicité du libertinage, c'est tout ce que nous recherchons!
bisdes à tous les deux

Palaume a dit…

MMXVD, Emmanuel :
Pas sur que les saisons suivantes auraient été aussi bien réussies. Il n'est jamais évident de faire une série qui ne s’essouffle pas.
Et puis une fois, la nouveauté, la surprise ingérées, il faut innover.
Ces 3 couples représentent bien les couples qu'on retrouve sur les forums consacrés au libertinage.
Ceux qui se pose la question de savoir si le libertinage va les rapprocher alors qu'il ou elle s'éloigne de l'autre. ceux qui ont pleinement intégrés le fait que ce n’était que du plaisir, que du sexe, pas un moyen pour tromper l'autre. Ceux qui refusent le tout en bloc, mais qui sont titillés au fond d'eux même.