vendredi 2 avril 2010

Le printemps est de retour. Pa & Laume sortent de leur tanière.

3 mois que nous n’étions pas sortis. Cela commençait à peser sur notre moral ? Pas du tout. Et c’est tant mieux.

L’envie n’était pas là. Voila tout. Nous n’avons pas vraiment hiberné, nous nous sommes contentés d’hiverner.

Rien d’extraordinaire au menu. Test de sex-toy, achat de menus objets pour la Saint Valentin, … voilà les quelques éléments qui ont rythmé notre vie coquine ces derniers mois.

Mais notre corps sent que le printemps est là. Comme tous les mammifères de cette planète, nos hormones nous poussent à nous rapprocher. Et nous ne nous en privons pas depuis quelques jours.

C’est d’ailleurs surement pour cela que, vendredi dernier, Pa m’a annoncé qu’elle avait réservé la baby-sitter pour la soirée de samedi.

Au programme : rien. Enfin pas grand-chose de précis. Un club libertin ? Pourquoi pas mais en amoureux. Nous n’avons pas reçu d’invitation d’autres couples depuis bien longtemps (c’est l’hiver pour tout le monde semblerait-il) alors nous sortirons seuls.

On se laissera porter par nos envies du moment.

Nous prenons notre temps.

On se fait beau et on démarre la voiture. Pa feuillette les pages d’un guide Paris Insolite, pianote sur le GPS et appelle les différents restaurants qui la tentent.

Mais rien n’est disponible, tout est complet. Impossible de faire une réservation. Il est tard. 20h30 passé (il faut dire que ma séance de débroussaillage a pris plus de temps que d’habitude – l’hiver fut long).

On se rapproche inévitablement du boulevard de Clichy. Une fois de plus, on tourne pour trouver une place, puis pour éviter les embouteillages sur les voies qui pourraient nous mener à un parking.

Enfin, nous retrouvons l’ambiance si particulière de Pigalle. Les touristes américaines et anglaises dans leur tenue de soirée so chic, les vendeurs de crêpes/gaufres/kebab/sandwich/… et leur bagout, les attrapeuses des boites à striptease s’aventurant parfois à accoster les couples plutôt que les hommes seuls ou en bande.

Nous prenons notre temps.

On fait l’inventaire de nos envies culinaires. Et finalement, tout nous tente. C’est donc un asiatique qui fera les frais de notre voracité.
Nems et samoussas avalés, nous reprenons notre balade.

Toutes ces devantures de Sex-shop nous font toujours sourire. Jamais excités par la chose, encore moins offusqués. La profusion de magasins rend le quartier atypique, indescriptible.

Une vitrine attire le regard de Pa. Sur un mannequin sont apposés des nippies que nous n’avions jamais vus auparavant. Pa possède des cœurs (qu’elle mettra le lendemain de cette sortie), mais ceux la sont particuliers. Nous ne trouverons notre bonheur à l’intérieur. Visiblement rupture de stock, mais nous passerons quelques instants à examiner un sex-toy bien particulier. (Hasard du calendrier, coïncidence, Mlle Rose et M. Noir en font l’apologie dans leur dernier billet. Ils nous ont décidé et l’avons acheté le soir même – merci à eux)

Nous arrivons au Moon city.

Finalement, nos pas nous ont mené jusque là.

Julien est à la caisse. Nous discutons quelques instants. Et évoquons avec lui notre regret de ne pouvoir découvrir le sun city, sauna parisien réservé exclusivement aux gays. Le site internet présente un établissement tout aussi divin que le moon city.

Nous montons nous changer.

Nous prenons notre temps.

La chaleur est toujours aussi envoutante. Nous prenons quelques instants pour déguster le buffet, le temps de nous mettre dans l’ambiance, de nous séparer de tous nos tracas et aussi de jeter un œil discret à la clientèle de ce soir.

Nous montons doucement au sauna. La chaleur y est accablante. Pa, quant à elle, ne transpire même pas. Nous retrouvons donc nos repères.

Passage par le hammam où nous entamons quelques caresses légères avant de redescendre vers le jacuzzi.

Le club n’est pas bondé. J’en suis étonné pour un samedi soir. C’est très agréable. Comme à leur habitude, les hommes seuls sont discrets. Et cette fois, encore plus que d’habitude, la moyenne d’âge est basse. La grande majorité se situe entre 25 et 35 ans.

Les corps sont beaux, les yeux coquins et notre désir monte doucement.

Nous prenons notre temps.

Nous enchainons les massages sur l’un et sur l’autre. Peu de regards s’échangent. Il doit y avoir une forte proportion de débutants. Mais les signes ne trompent pas. Tout le monde y prend beaucoup de plaisir.

Nous filons dans les coins câlins. Pa souhaite désespérément depuis très longtemps retourner dans la pièce tout au fond. Elle se rappelle qu’il y a un miroir au plafond.
Une fois de plus, il est occupé.

Nous nous rabattons sur la loge précédente, les miroirs muraux devraient nous ravir.

Pa se couche sur son paréo et j’en profite pour venir caresser de ma langue son mont de Vénus. Je suis encore en phase d’apprentissage. Offrir un orgasme à Pa par ce biais n’est pas chose aisée, mais je ne me lasse pas d’essayer.

Nous prenons notre temps.

Mes mains rejoignent ma bouche. Mes doigts s’activent.

Elle s’offre en entier.

Lorsqu’elle n’y tient plus, elle se redresse, et se jette sur mon sexe. Mais sa position me profite encore puisque j’ai encore accès à son joli postérieur.

Des doigts s’y égarent. Le périnée est importuné. C’est d’ailleurs la sollicitation de cette fine paroi qui relève ma belle d’un coup. Elle vient s’empaler sur mes doigts qui n’ont d’autres choix que de continuer leur progression dans ses fondements.

L’orgasme est ravageur, bouleversant. Elle s’écroule et halète à mes cotés.

Je ne lui laisse pas de répit et l’attire au bord de la couche, relève ses jambes et m’introduit en elle. Plus tard, c’est même elle qui poussera mon sexe dans son œil.

La suite n’est que soupirs, gémissements puis râles.

L’explosion retombée, mes jambes chancèlent et mes muscles se tétanisent.

Nous n’avions pas donné autant de notre personne depuis bien longtemps.

Il nous faudra quelques minutes pour reprendre nos esprits et ressortir de notre cocon.

Le repos du guerrier et de l’amazone fut bien mérité.

Peut-être la prochaine fois sortirons-nous accompagnés.

7 commentaires :

Missdactari a dit…

Très belle soirée de renaissance printanière si on peut dire !

J'aime bien les soirées assez imprévues comme celle là ( quand on prend la voiture, sans trop savoir encore où aller, quoi faire, qu'on entre dans un resto qu'on trouve sympa de l'extérieur, puis qu'on se laisse guider vers un endroit familier, rassurant ).

Grâce à vous j'apprends l'existence du Sun City ! Il existe un Moon visiblement plus grand, avec jacu ET piscine et on ne me l'a pas dit !!!

Si on s'y met tous les 3 vous croyez qu'on arriverait à soudoyer Julien pour y faire une journée exceptionnelle ouverte aux couples et aux femmes ?

Nan ? vraiment nan...
snifff

Mlle Rose et M. Noir a dit…

Nous vous avons guidé dans votre choix de toys? Nous en sommes extrêmement flatté, puisse t il vous donner autant de bonheur qu'à nous. Nous serions ravi de lire vos impressions. Quant à la suite du récit il nous a laissé rêveurs...

Valmont a dit…

Pour un retour, c'est un retour en "force" si j'ose dire, sourire ! Merci de votre passage ! Bien à vous !

Palaume a dit…

Miss Dactari :
Je viens de faire un petit billet sur les Sun City, parce qu'il y en a désormais 2. Et j'ai peur qu'on ait du mal à convaincre Julien de nous ouvrir les portes de ce sanctuaire. La fréquentation y est apparemment excellent, il n'a donc besoin de nos deniers. Je le cite : "Je n'y peux rien, moi, si les homos baisent plus que vous !"

Mlle Rose & M. Noir :
je le connaissais depuis un moment. Au début, j'avais même eu du mal à comprendre comment il fonctionnait.
Le fait de le voir dans la vitrine du sex shop puis sur votre article a fini de nous convaincre. Un doute subsiste. La taille. Nous avons commandé le "normal". Pa me soutient que ça va être trop gros pour moi. Et que nous aurions du nous contenter du XS. Votre avis?

Valmont :
Bienvenue ici. Aux plaisirs de vous revoir très souvent parmi nous.

Laume

MMXVD a dit…

Petit conseil: la prochaine fois que vous cherchez un resto. Vous remontez la rue Houdon depuis le Boulevard de Clichy (elle se trouve aux alentours du 38). Au bout de la rue à droite, et là, rue des Abbesses, le New Naoko, restaurant japonais excellent et pas trop cher. De ce que j'ai entendu, les cuistots sont de vrais japonais. Et de ce que j'en ai goûté, ça me semble être vrai, tout est très bon.

"Heureux de vous retrouver." ;)
MMXVD.

Palaume a dit…

MMXVD :
Merci pour le tuyau. Je le note. Nous irons y faire un tour dès que nous en aurons l'occasion.
et content de te revoir parmi nous

Laume

MMXVD a dit…

"I never left" comme dirait un de mes personnages préférés. ;)