lundi 12 octobre 2009

Notre premiere soiree privee

Nous étions en vacances du coté d'Annecy depuis quelques jours. Nous avions déjà effectué un premier shooting pour l'un des gîtes mais nous n'avions pas eu le temps de faire le deuxième.

Une fois de plus, Marie et Laurent nous ont rejoint pour jouer les mannequins. Nous les avions invités à notre table pour le diner ainsi que Karine et Sébastien, nos hôtes, pour entamer la soirée. Chacun a amené un plat et nous avons profité de ce moment de détente mais de brainstorming intense sur l'ouverture de leur futur gîte libertin pour leur offrir les petits objets que nous avions trouvés lors de notre dernière balade à Pigalle.

Une fois le dessert englouti, nous changeons de maison pour découvrir le dernier gîte. Véritable duplex, il peut accueillir 4 personnes dans un décor digne des plus beaux chalets de montagne. Une table de berger pour diner, une cuisine en bois massif, et surtout, une baignoire en bois digne du Decameron. Nous enchainons les prises de vue, testant pour la première fois le mode RAW de notre appareil photo, faisons attention à l'éclairage, au moindre détail. Marie, Pa, Laurent et Sébastien passent tour à tour devant l'objectif. Le but? Créer des visuels pour le site internet. Evidemment pas de porno (nous ne saurions faire), du sensuel, du suggestif. Enfin, nous essayons…
La difficulté? Trouver les bons angles pour mettre le plus en valeur les pièces et pour cacher les visages de nos complices (pour la discrétion, mais aussi pour la dépersonnalisation du lieu)
Nous sommes tous des amateurs. Premier vrai shooting de ses gîtes pour Karine et Sébastien. Première expérience de mannequin pour Marie et Laurent. Première expérience de photographe pour Pa et moi.

Deux bonnes heures plus tard, le tout est dans la boite et transféré sur l'ordinateur. Karine et Sébastien nous font faux bon. Ils travaillent le lendemain et ne peuvent se permettre de perdre du capital sommeil. L'été tire à sa fin. Cela fait trois mois qu'ils mènent en parallèle carrière professionnelle et gestion des gîtes. Encore deux semaines, et ils partent en vacances. Sébastien a tout prévu. La location d'un camping car pour partir sur les routes de France. Karine n'en sait encore rien, mais la surprise devrait lui plaire.

D'un coup, une certaine tension s'installe. Nous remettons tout en place, tournons un peu en rond. Nous nous plaisons tous les quatre, c'est évident. Le courant est bien passé lors du premier shooting et cette deuxième soirée a confirmé la chose.
Pa brise le silence et les invite à prendre un verre et à regarder les photos. Nous remontons dans notre gîte et passons au salon. Les verres sont servis, la discussion avance, mais impossible de franchir le cap.

D'ailleurs, comment le franchir?

L'un d'entre nous parle de jeu coquin, j'en profite donc pour parler de SHOE (seul jeu, à ma connaissance, permettant de faire participer plus de 2 joueurs). Mais mon exposé est hésitant, maladroit, très factuel et invite peu à l'abandon.

Marie saisit un flacon d'huile de massage qui trainait sur la table suite à notre diner. Elle sent le parfum qui s'en dégage. Nous avouons chacun notre tour notre gout pour recevoir les massages sans forcement aimer en donner. Une fois de plus, Pa nous fait avancer d'un pas en proposant à Laurent de masser sa belle. Faute grave de Laurent qui botte en touche. Heureusement, Marie prend la balle au bond et propose un massage à ma douce.

Ce soir là, nous, les hommes, avons été lamentables. Nous pouvons remercier nos compagnes pour l'audace et le dévouement dont elles ont fait preuve.

Ils sont tous les trois, devant moi, assis sur le canapé. Marie, au milieu, se tourne vers Pa qui vient d'enlever son haut. Elle lui passe les mains sur les épaules, défait son soutien gorge et masse délicatement le dos de ma chère et tendre.

Pa me fait comprendre qu'il faut que je la rejoigne. Rapidement, nous nous retrouvons, tous les quatre, torse nu. Le massage fait place aux caresses. Les pantalons et jupes tombent et les langues viennent se mêler au jeu. Des baisers appuyés dans le cou, sur les cuisses et les sexes. Les filles s'embrassent passionnément.

Marie et Laurent, échangistes, respectent nos limites. D'ailleurs, sur le moment, je ne me pose pas la question de savoir s'ils vont les franchir. Nous sommes sur la même longueur d'onde et nos discussions précédentes ont posé les bases d'un jeu qui semble être très prometteur.

Je descends entre les cuisses de Pa alors que Marie lui caresse délicatement la poitrine. Les mains de ma belle ne sont pas en reste puisqu'elles s'activent sur le sexe de sa partenaire de jeu.

Très vite, le canapé n'est plus assez grand. Nous montons à la mezzanine, retrouvons notre grand lit. Dans l'après midi, j'avais caché sur le coté du lit, notre boite à plaisirs pensant que nous viendrions faire un shooting de notre gîte. Nous l'emmenons parfois en vacances, en week-end. Elle contient nos différents jouets, lubrifiants…
Et à ce moment là, ce n'est pas du tout le moment de la sortir. Nos mains sont bien trop occupées à s'occuper de nos partenaires de jeu respectifs.

Nous sommes un peu plus dans la pénombre. Nous varions les positions. Nous, les hommes, pénétrons intensément nos compagnes. Elles s'embrassent, se caressent avec fougue.
Laurent, couché sur le lit, voit sa belle lui tourner le dos et venir s'asseoir sur son sexe. Elle monte et descend le long de sa hampe. Pa en profite pour venir titiller du bout de sa langue son clitoris. Elle frôle ses lèvres faisant sortir du plus profond de Marie de petits gémissements, preuves d'un plaisir non dissimulé.

Pour ma part, j'en profite pour offrir un cunnilingus à ma douce. J'aperçois aussi ses caresses sur le sexe de Laurent lorsqu'il sort malencontreusement. Cette vision m'excite beaucoup, et je ne peux m'empêcher de me relever pour venir la prendre en levrette.

Nos gémissements et l'odeur du stupre envahissent la pièce. Et c'est d'épuisement que nous nous écroulons sur le lit. La température dans la chambre est insoutenable. Je descends donc chercher une bouteille d'eau, et c'est rapidement qu'ils me rejoignent.
L'heure est bien avancée, la route pour rentrer est encore longue pour eux, et Laurent est censé partir au travail dans moins de trois heures.

Nous discutons encore un peu en nous rhabillant, retrouvant de ci, de là nos vêtements éparpillés. Leurs montres les rappellent à l'ordre pourtant les séparations sont difficiles. Leur région est magnifique et nous avons pris plaisir à y séjourner en leur compagnie. Nous les invitons donc naturellement à découvrir la notre, mais surtout à leur faire découvrir les établissements libertins parisiens.

Ils descendent les marches doucement pour ne pas réveiller Karine et Sébastien qui dorment dans l'appartement voisin.


Nous refermons la porte doucement.






Bilan de cette première experience. Nous imaginions ces soirées très longues à débuter. Et ce fut le cas. Nous sommes plutôt timides, et nos partenaires de la soirée aussi. Nous pouvons, une fois de plus remercier nos compagnes qui ont su faire bouger les choses.
Les plaisirs charnels furent beaucoup beaucoup plus longs. Evidemment, personne pour gratouiller à la porte du coin calin pour nous en déloger. Lorsque nous sommes sortis de notre bulle, l'aiguille de l'horloge avait tourné à une vitesse folle. Nous avions pris le temps des calins, des caresses.
Seul bémol à cette soirée plus que formidable, la pratique de l'échangisme de Marie et Laurent. Comment m'expliquer? Pa est véritablement bi et pas du tout échangiste. C'est peut être la meilleure façon de résumer le fait que lorsqu'elle est avec une femme, elle aime être entièrement avec elle. Et pas sentir la présence de son homme. Ce soir là, Laurent, au combien fou de désir pour sa belle, l'amenait à Pa, lui offrant un sein par exemple. Et cette "intrusion" dans son univers la destabilisait. Il est dur de reprocher à un homme sa génerosité et son altruisme. Peut-être est-ce le coté égoiste de ma douce qui ressort dans ses moments la.
Je ne peux rester sur cette note négative et tient à ajouter une fois de plus, que cette experience fut prodigieuse et qu'elle mérite d'être renouvellée.

14 commentaires :

DarkBls a dit…

Mince c'est pas SHOE qui a brisé la glace. Pfff. Dommage ! :(

Miss Anis et Bern Hart a dit…

Que ce soit la première ou la tuitième...c'est normal qu'on ai du mal "à partir en live" on peut bien se marrer, raconter des choses qui titillent les neurones, c'est une chose, mais lâcher nos corps...Enfin sauf pour ceux qui n'ont aucune retenue (pudeur, éducation, et tout ce qui peut nous coincer)
Nous, sincèrement et sans prétention, avons pas mal d'expérience, mais si on a affaire à des morts de faim, on prend peur!
Nous ne sommes pas des proies mais bien des personnes à séduire!
Vous avez lu notre billet intitulé Jenga ? Bein voilà !
La boite à plaisirs?
Nous c'est la valise diplomatique! Rires!!
L'amour à la montagne, trop bien!
Bises à vous deux
Miss Anis

Plume Libertine a dit…

J'ai aimé lire ce moment de vérité, d'intimité. Tout n'est pas aussi toujours aussi simple qu'on aime l'imaginer ou le fantasmer.

Il y a ce que l'on veut, aimerait avoir et la réalité.

Et puis, on avance, on se découvre, on découvre l'autre.

Mel' Ody a dit…

Et oui, c'est difficile ces soirées à 4, de commencer à se laisser allez, bravo les filles donc ;-). Mais qu'est ce que c'est bon !

Beau récit dans un cadre sympathique apparemment. Et quand commencent-il les locations ? :D

Angèle et Ibid Norio a dit…

j'ai bien aimé la vérité et la sincérité de ce billet !
A +

armandie a dit…

je reçois ce billet avec plaisir et j'apprécie aussi le réalisme qui accompagne les moments de sensualité liés à ce partage entre vous. Je ne peux en dire plus n'ayant pas vécu de moments semblables, mais
merci pour ce joli billet
baisers
Armandie

M. Chapeau a dit…

Encore un beau billet, toujours aussi intéressant par sa précision, sa sincérité et sa longueur. Si vous vous souvenez du seul essai de soirée privé que nous avons fait avec Mlle Coquelicot, nous n'avons pas réussi à "déraper". Ce n'est pas simple !

Et je ne trouve pas que toi et Laurent aient été "lamentables". Vous avez juste été prudent, de peur de brusquer les choses. Ce n'est pas facile pour un homme de laisser libre cours à ses envies, de peur de passer pour un goujat ou un macho ...

Merci pour cette note. :)

Palaume a dit…

DarkBls : On ne sait jamais. peut-être la prochaine fois.

Miss Anis : "L'amour à la montagne, trop bien!". En fait l'amour partout ;-)
Notre boite à plaisirs, c'est la boite de notre téléphone fixe.le sloggan : "The smart choice". Cela nous a semblé evident d'y ranger nos jouets.

Plume : Encore faudrait-il que ma litterature soit aussi belle que la tienne.

Mel'Ody : Merci pour le compliment.
Et Pa n'est pas peu ière d'elle.
Quant aux débuts des locations, il faudrait qu'on finalise le site internet. 1 gite est déjà fini, 2 sont très très bien avancés (il reste des finitions) et de mémoire, ils sont en travaux pour 2 de plus. Mais, j'avoue ne pas connaitre leur stratégie. Nos emplois du temps respectifs ne nous ont pas permis d'échanger avec eux depuis quelques temps.
On vous tient au courant.

Angèle et Ibid Nirio : comme à notre habitude : vrai et sincère. Nous écrivons beaucoup sur ce que nous aimons.

Armandie : Comme quoi on se fait des idées sur les gens. J'étais persuadé que cela faisait bien longtemps que vous etiez libertins de corps et d'esprit.

M. Chapeau : Merci de nous trouver des excuses. Mais, en tout cas pour mon cas, je n'ai pas été prudent. Je fût lâche. L'ambiance était sensuelle au possible. Sans rien dire, nous savions que tous les 4, nous voulions "déraper". Et moi, comme à mon habtiude, j'ai préféré Pa prendre le taureau par les cornes.



Je vous renvois tous à notre premier billet
. C'est bien elle qui nous avait fait franchir les portes du Moon City la première fois.

X-Addict a dit…

Belle histoire a vrai dire.
Nous aimons bcp les soirées privées et c'est vrai que parfois elles ont du mal a demarrer. Mais finalement parfois cela vient presque tout seul ...
Et peu importe au final de celui ou celle qui a été declencheur ...

armandie a dit…

oh comme quoi!! rire... Mais je revendique l'idée d'être libertine dans l'esprit. Libre penseuse, et avec la volonté de ne pas rester enfermée dans des principes moraux rigides. Ouverte à tout ce qui peut valoriser l'érotisme, le faire vivre dans différentes voies. Pour le moment celle ci je ne l'ai jamais empruntée, j'en ai empruntée d'autres, personnelles et qui m'ont épanouie aussi.

plein de baisers à vous

Armandie

mamelie a dit…

Bravo pour ce beau récit plein de sincérité et de vérité, qui montre bien que le libertinage demande beaucoup de préparation et de désir pour être vécu intensément
bonne continuation

alexandra et franky a dit…

ça fait echo ce que vous racontez?? d'ailleurs c'est souvent les femmes qui prennent les devants..probablement parce qu'on est un peu plus spontané!
En ts les cas vous vous etes lancés dans cette première "intimiste" et cela vous a ravi..semble t il!!
nous on va se lancer pour aller decouvrir le moon...peut etre ce soir d'alleurs....
bises cokines...

Palaume a dit…

X-addict : Oui, c'est vrai. Peu importe qui déclenche les hostilités. Mais finalement, sur le coup, on est bien content de les avoir ces coquines. (enfin, on est bien content de les avoir tout le temps en fait)

Armandie : tu n'as jamais pratiqué le libertinage (physique va t on dire), mais c'est une envie que tu ne souhaites pas réaliser ou cela te traverse l'esprit et peut etre tu n'oses pas franchir le pas ?

Mamélie : Merci beaucoup.
libertin(e) pratiquante?

alexandra et franky :
Plus spontanée et surtout beaucoup plus courageuse.
Le moon est un lieu magique. victime de son succès. Je ne sais si les vacances vont avoir tendance à le remplir ou le vider.
Cela fait longtemps. Peut etre que ma belle me fera la surprise de m'y emmener.

Anonyme a dit…

superbe soirée bravo a vous
http://les.godasses.over-blog.com/