mardi 8 septembre 2009

Grippe A H1N1 et libertinage

Dimanche dernier, nous avons contacté SOS médecin pour connaitre le médecin de garde le plus proche de chez nous. Notre fille faisait, comme régulièrement depuis l'hiver dernier, une trachéite qui le plus souvent évolue en bronchite. Rien de très grave. Un bon traitement à base d'antibiotique et de corticoïde et le tour est joué.

Mais ce qui est le plus frappant en ces temps troubles de pandémie annoncée, c'est la méfiance des gens.
Evidemment, dans la salle d'attente et aux alentours du cabinet médical, nous avons croisé des personnes portant un masque.

Ces malades, très responsables, ne s'approchaient pas forcément de nous, faisaient attention à leur geste. Tout comme nous, aux nôtres.

Nous sortions d'une semaine de vacances magiques en compagnie de libertins très agréables. Malgré la présence de notre fille, nous avions flotté dans une ambiance différente, pas forcement coquine, mais complice de manière certaine. Et nous nous retrouvions rattrapés par la réalité de cette pandémie.

Nous sommes encore aujourd'hui entre deux eaux. C'est le post de M. Chapeau qui m'a amené à me poser la question de l'incidence de la grippe A H1N1 sur le comportement des libertins.
On le sait, la grippe se transmet par l'inspiration et l'ingestion d'éléments contaminés. Les masques sont donc un moyen très efficace de se protéger et de protéger les autres. Mais il convient aussi de s'interdire des gestes qui nous sont parfois automatiques. Serrer la main, se prendre dans les bras, s'embrasser... Tous ces contacts qui traduisent notre manière d'être en société. Tous ces contacts qui sont la raison d'être des libertins (enfin pas que, mais quand même beaucoup).

Pensez-vous que les clubs libertins vont se retrouver délaissé au plus fort de l'infection? Et vous? Quel sera votre comportement? Tout comme vous utilisez des préservatifs, porterez-vous des masques pour vous protéger des libertins potentiellement malades?

Les soirées infirmières sexy trouveront-elles un regain d'intérêt?

PS : Ce billet est un peu provocateur. L'hiver 2008/2009 fut assez rude pour l'état de santé de vos serviteurs. Nous éloignant du libertinage pendant plusieurs mois tellement nous enchainions les maladies, les fatigues... Aujourd'hui, nous commençons une cure de fortifiant, vitamine, pour ne pas revivre nos déboires de l'année dernière. C'est décidé. L'hiver 2009/2010 sera coquin.

PS2 : Enfin avant cela, il faut que je finisse d'écrire le récit de nos aventures estivales.

6 commentaires :

M. Chapeau a dit…

Que voilà un sujet bien sérieux !

Personnellement, la grippe ne me fait ni chaud ni froid. C'est principalement un effet de manche de journaliste en manque de sensationnel. Le traitement médiatique qui en est fait et la parano qui en résulte ne sont pas du tout à la hauteur du danger qu'elle représente, pour ce que j'en sais en tout cas !

Quand je vois l'argent qui est dépensé en campagne télévisé ou en achat de pillules par le gouvernement, je suis attéré.

Bref, je ne compte pas modifier mon comportement. Bon, je vais éviter de tousser trop ostensiblement, mais c'est plus par peur des remarques ou des regards méchants que de la pandémie. Dommage, j'adore crier Atchoum quand j'éternue. :)

Palaume a dit…

Pour ma part, j'y accorde peu d'importance. Pa, quant à elle, est un peu plus inquiète. L'instinct maternel qui s'ajoute à se propre crainte surement.

Après m'être un peu renseigné, j'ai appris que la grippe A était moins létale que la grippe saisonnière, mais beaucoup plus contagieuse. donc à choisir, je la prends plutot qu'une autre.
mais j'ai aussi appris qu'aux Etats Unis, les laboratoires pharmaceutiques avaient obtenu l'immunité en cas de poursuite judiciaire concernant le vaccin, et que le gouvernement français a deja déboursé 1.6 millard € pour la gestion de la crise.
Mais qui pourrait imaginer que cela ne profite a personne.

ps : j'ai ajouté le lien vers ton blog.

Comme une image a dit…

La bonne solution, c'est choper la grippe A (ne pas la transmettre aux enfants), guérir, et puis après, recommencer à lutiner comme si de rien n'était, efficacement immunisé.

(Je me demande si j'incube, ce soir... Demain, toubib !)

Palaume a dit…

cui :
Jusqu'à chopper la grippe saisonnière ...
Finalement, le plus simple serait d'investir les hopitaux pour organiser des soirées libertines.

oxanne et jori a dit…

ox amènera sa panoplie d'infirmière, quand à moi j'ai déjà tout ce qu'il faut, on la fait quand cette soirée?

Palaume a dit…

Oxanne et Jori :
Quand on sera malade....
Sinon pas besoin d'infirmière.
on pourrait inventer quoi comme maladie qui necessite l'intervention d'une infirmière, et d'un medecin (ou d'un infirmier, reanimateur, chirurgien a domicile,....) mais qui n'empeche pas les coquineries ?