dimanche 12 juillet 2009

Peindre ou faire l'amour

Fiche technique :
Réalisation : Arnaud et Jean-Marie Larrieu
Scénario : Arnaud et Jean-Marie Larrieu
Acteurs : Sabine Azéma, Daniel Auteuil, Amira Casar, Sergi López
Musique originale : Philippe Katerine
Photographie : Christophe Beaucarne
Durée : 100 minutes
Date de sortie : 18 mai 2005 (festival de Cannes), 24 août 2005 (Belgique, France)









Synopsis officiel :

William et Madeleine habitent en ville au pied des montagnes. Mariés depuis longtemps, fidèles et amoureux, ils ont une vie rangée. Leur fille unique partant vivre en Italie, ils n’ont plus qu’à s’occuper d’eux-mêmes.
Au cours d’une de ses promenades sur les collines environnantes, Madeleine installe son chevalet devant une vieille maison et rencontre Adam, un homme fin, cultivé et aveugle. Il lui fait visiter la maison qu’elle est en train de peindre : elle est à vendre. C’est le coup de foudre, William et Madeleine l’achètent.
Les semaines qui suivent l’achat, William et Madeleine vivent une période de grand bonheur.Leur nouvelle vie s’organise dans la proximité d’Adam et de sa jeune compagne Eva qui habitent à quelques centaines de mètres. Le jour où la maison de leurs nouveaux amis brûle, William et Madeleine n'ont plus d'autre désir que de les héberger…

Je n'aime pas Sabine Azema. C'est un fait. A chaque fois que je la vois dans un film, elle m'exaspère. Je trouve qu'elle en fait toujours trop.
Par contre, j'aime beaucoup Daniel Auteuil. Surement parce que Manon des sources et Jean de Florette ont bercé mon enfance et me rappelle de précieux souvenirs de cinéma avec mes parents.
Je n'imaginais pas un seul instant qu'ils puissent s'accorder dans un film. Pour cela, Daniel Auteuil s'est un peu lâché, et Sabine Azema s'est beaucoup retenu.
Le film est lent, très lent. Tellement lent que Pa s'est endormi sur mes genoux (il y avait aussi la fatigue de la semaine, il faut l'avouer).

Réaliste ou pas, c'est la grande question que se sont posés tous les journalistes lors de la projection du film lors du festival de Cannes.
Il est vrai que la façon dont Madeleine et William en viennent à l'échangisme est un peu surréaliste. Mais honnêtement, c'est surement de cette manière que nous aurions tous aimé plongé dans le libertinage. Rencontrer un couple, sympathiser et un jour, naturellement les couples s'échangent.

Evidemment, il y a des scènes un peu téléphonées : Adam, aveugle, se trompe de femme et vient enlacer Madeleine. Devant rentrer dans la nuit noire, Adam se charge de raccompagner Madeleine et William jusqu'à leur maison. Durant le mariage de leur fille, au lieu d'accompagner leurs invités en boite de nuit, ils préfèrent rester diner avec Eva et Adam.
Et surtout les prénoms de ce couple qui leur fait découvrir un nouveau monde : Eva et Adam.

Le plus beau dans ce film, c'est l'amour qui lie les protagonistes. A aucun moment, on ne doute de leur amour. On sait que l'échangisme n'est pas une fatalité, mais plutôt une aventure qu'ils se sentent prêts à vivre.
Notons aussi les paysages fabuleux et cette maison que tout le monde rêverait de posséder.
Philippe Katerine, qui a composé la musique du film (magnifique), est un habitué des films des Larrieu. Mais c'est la première fois que je le voyais en tant qu'acteur. Ils forment avec Hélène de Saint-Père, un couple juste.
Ce film est assez spécial. Les rebondissements, les décisions et les réactions des personnages sont parfois surprenantes, mais on s'attache très vite à découvrir ce qu'il va leur arriver. Et comment ils vont appréhender ces nouvelles pratiques.


Pour ma part, j'ai beaucoup aimé. Mais, en règle générale, plus un film est hors des conventions, plus je l'aime. Il y a une ambiance très particulière, un peu hors du temps. Nombre de dialogues ne passent uniquement que par le regard des interprètes.
Nous n'avons jamais fait de soirée privée. Et je me doute que le cinéma est une activité peu employée pour occuper ses invités. Mais nous avions du être initié, ou si nous devions initier un couple au libertinage lors d'une soirée privée, j'aimerais beaucoup qu'on me propose ce film. Je me dis finalement que le passage par le massage effectué par beaucoup de couples est un peu trop classique. Et j'adore l'originalité. Alors pourquoi pas un film ???
Evidemment, il ne faut pas y voir ma volonté de passer à l'échangisme, mais plutôt l'envie de reproduire ce que nous avons vécu dans toutes nos expériences charnelles : un passage naturel au rapprochement des corps.
Pa n'a pas vu la fin. Des qu'elle l'a vu, elle vous écrira son ressenti.

4 commentaires :

M. Chapeau a dit…

En janvier, j'avais laissé mon avis sur ce film dans un commentaire du blog Nos Liaisons dangereuses. Je me permet de le recopier ici :

J'ai longuement "feuilletté" ce film avant d'en proposer la visionnage à Mlle Coquelicot. On ne peut donc pas vraiment dire que je l'ai vu. Mais il ne m'a pas plu, ou plutôt, il ne m'a pas semblé intéressant dans mon optique de présenter le libertinage à mon épouse (qui, elle, ne l'a donc pas vu du tout).

Pourquoi ? Parce qu'il n'y a aucune négociation dans l'échange, ni dans le couple des personnages principaux, ni entre les couples. On passe directement d'une séduction sous-entendue, mais qui pourrait parfaitement être autre chose que libertine, à l'échange. C'est encore plus flagrant avec le deuxième couple (avec Philippe Katerine, hiiiii !!!).

Nous qui avons privilégié la discution et le compromis dans notre couple, je ne me suis pas du tout retrouvé dans le film. Ils ne discuttent qu'après coup, et même pas tant que ça. Je ne me vois pas du tout vivre l'échangisme à la façon du film ... qui ne me semble pas réaliste. (Bien sûr, je comprend que ce n'est pas le but d'une fiction. D'ailleurs, le film est très beau par ailleurs.)


Je le regarderai peut-être à nouveau, en entier et d'une traite. Je compte me constituer une petite collection de films traitant d'échangisme. Ce sera une façon originale d'aborder le sujet auprès de mes futures "fleurs".

Mota a dit…

Très beau film ... une ouverture à la découverte.

Merlin a dit…

mise en lumière unique,
acteurs mûrs mais croquants à souhait,
analyse intéressante du sujet,
(pas racolleuse à la VonDenStraadt ou à la ForbiddenZone)

Une niche dont il faudra se souvenir pour que nos enfants la retrouve un jour.

Palaume a dit…

Merci pour tous ces commentaires.

M. Chapeau : Le regarder en intégral est tres interessant. le rythme lent et parfois tres rapide m'avait laissé un peu dubitatif puisque moi aussi , je regarde souvent d'abor les films "en diagonal". Mais finalement, ce couple se laisse abandonner sans subir. Ils se laissent découvrir une nouvelle forme de plaisir. Et l'age de leur couple leur parait etre une rembarde à laquelle ils pourront se raccrocher.

Mota : merci pour votre ajout dans votre blog roll.

Merlin : je connaissais Forbidden Zone de nom. votre commentaire excite ma curiosité.
quant à Von Den Straadt, si vous aviez un peu plus de précisions, je serai ravi de découvrir de nouvelles oeuvres. histoire de me faire ma propre opinion.