lundi 16 février 2009

Saint Valentin au Moon City

Il n'est jamais évident de tenter de nouvelles choses et de contenter tout le monde. Nous en avons fait la malheureuse expérience pour notre saint Valentin.

Nous avions passé en décembre dernier une excellente soirée au Moon City durant ce fameux mariage libertin. Une mariée à la robe élégante et légèrement coquine, des gogo-dancer charmant et professionnels, une très bonne ambiance Mais évidemment beaucoup de monde. Des libertins, à n'en pas douter. Et surtout une formidable rencontre avec L&C qui nos avait fait passer une très bonne soirée.


Donc pour cette saint Valentin, nous nous sommes dit que renouveler l'expérience ne serait qu'une bonne chose. Nous y avions rencontré un couple très sympathique. Peut -être que l'exploit se reproduirait.

Le peu d'informations que nous avions nous indiquait qu'il fallait être présent à partir de 20h.

Nous prenons donc la route de Versailles vers 19h20. Pensant arriver 1h plus tard. Au final, nous ne sommes rentrés qu'à 21h15. Pas spécialement de bouchons, nous commençons à connaitre le quartier et savons éviter les artères qui posent problème. Mais sur place, impossible de trouver une place pour se garer. Nous évitons les places taxi (cela nous a valu un PV une fois), nous évitons aussi les places handicapés (pour le principe) et les passages piétons (pour la fourrière inévitable dans ce genre de cas à Paris). Résultat : Aucune place ni dans la rue, ni dans les parking payant. Nous nous sommes finalement rapprochés de Barbès et du triangle d'or. Quartier qui n'a pas une très bonne réputation - surtout à l'heure ou nous prévoyions de sortir du Moon City. Mais qu'importe, la coupe était pleine. Nous étions à deux doigts de rentrer. Et nous avons trouvé un endroit ou poser la voiture. Pas une place, ni un emplacement. Dans un carrefour ou les voitures passent à quelques centimètres lorsqu'elles tournent.

En rejoignant l'établissement à pied, nous imaginions sans problème payer un voiturier pour s'occuper de notre carrosse. La soirée commençait mal mais nous souhaitions positiver.

Arrivés devant le Moon City, des hommes seuls attendent. Signe qu’une sélection est faite et qu’il doit y avoir largement assez de couple à l’intérieur.

Nous sonnons, et sommes rejoint devant la porte par un couple de fumeurs pressé de regagner la chaleur de l’établissement. Quand la porte s’ouvre, le visio/videur fait entrer les fumeurs et nous demande de patienter. Mais Julien est juste derrière et nous fait entrer sans autre formalité. Nous n’avons jamais beaucoup discuté avec lui, mais nous nous rendons bien compte au fil de nos visites que notre visage lui est familier (nos écrits peut-être aussi).

Comme d’habitude, nous sentons la chaleur nous envelopper. Mais l’ambiance est différente et surtout tout le monde est habillé au niveau du bar. Flashback :
- Comment je m’habille ?
- Vas-y en jean et t-shirt.
- Tu es sure ?
- Oui
- Bon, je mets un costume (j’adore ne pas écouter les conseils que Pa me donne). Toi, tu ne mets pas de robe sexy ?
- C’est beau les robes sexy, mais par 2°C à traverser tout Pigalle (prémonitoire !), c’est pas très agréable. Et puis, si c’est pour se changer 5 min après (beaucoup moins prémonitoire sur cela)

Pa est assez gênée parce qu’elle ne s’est pas apprêtée comme elle l’aurait voulu. Nous réglons plus cher qu’habituellement. On se dit que compte tenu du thème de la soirée, des sex-toys vont nous être remis. Cool.
Nous montons poser vestes et manteaux et redescendons. L’ambiance est très festive, les gens sont entassés près du bar. Nous sommes venus pour nous prélasser, nous détendre. Au fond, la deuxième partie du salon est vide, nous nous y précipitons, mais 3 hommes nous en empêchent. A priori des VIP sont attendus. Nous n’en verrons que 5 assis autour d’une table au cours de la soirée. Au moins, ils avaient largement de la place.

Nous restons donc au pied du podium du défilé de lingerie qui devrait commencer incessamment sous peu. De l’autre côté, nous voyons les doctis, mais nous sommes timides et n’osons les rejoindre. D’habitude, c’est toujours madame Goormande qui nous fait entrer dans le cercle. (Plus tard, nous croiserons Miss Dactari près des douches, et nous n’oserons pas l’approcher) Les photographes nos rejoignent et recevons leur flash en plein visage. Nous nous rapprochons du bar. Pas de cocktail cointreau en vue. Nous n’avons pas encore très soif mais un verre d’accueil aurait été le bienvenue. En nous éloignant du podium, nous voyons un peu moins bien la lingerie. Mais finalement les modèles qui présentent la lingerie ne la mettent pas vraiment en valeur. Les poses sont aguicheuses. Les regards peu sensuels. Nous plongeons donc la main dans l’un des saladiers de fraise tagada.
Avant de venir, nous pensions à une présentation plus raffinée. Pas forcement de podium. Les canapés habituels dans lequel nous aurions pu déguster un cocktail offert, des mannequins portant de la lingerie sexy de qualité défilant discrètement et pourquoi pas des catalogues et bons de commande pour que la marque rentabilise sa soirée.
A coté de nous, un couple semble aussi peu intéressé que nous par le spectacle. Madame, blonde avec des lunettes. Monsieur, une chemise blanche aux boutons tendance et à la peau matte. Ils ont d’ailleurs surement entendu nos remarques, puisqu’ils ne cachent pas vraiment les leurs. Nous faisons un peu connaissance. C’est leur première fois au Moon City. Habitués de l’Hyppocampe, ils voulaient essayer quelque chose de nouveau pour la saint Valentin.
Leur première impression est plutôt négative. Nous essayons alors de leur expliquer que le Moon City est vraiment différent habituellement. Chose qui n’est pas évidente lorsqu’un Cupidon monte sur scène pour nous présenter des sex-toys. Il nous montre un rabbit, un œuf à commande à distance et des canards vibrant.
Nous ne sommes pas des pros du sexe, des libertins confirmés, … Mais nous connaissons déjà tout cela. Et puis la présentation au micro, bras tendu au-dessus de la foule pour présenter l’objet tant convoité fait plus camelot de foire que raffinement.
Une fois de plus, avant de venir, nous avions imaginé quelque chose de beaucoup plus délicat. Une fois de plus, assis en petit groupe, nous aurions apprécié que des hôtesses viennent nous présenter des produits innovants, puissent répondre à nos questions en toute discrétion. Pourquoi pas des canards posés sur le bord du jacuzzi ? Et un sex-toy en cadeau au départ? On en trouve à moins de 10€ sur internet. Cela aurait fait un beau souvenir.

Finalement, nous écoutons d’une oreille distraite et sommes assez atterrés lorsque l’une des « mannequins » vient essayer l’un des jouets couchée sur le podium.

Pa n’a qu’une envie. Se changer et rejoindre les bulles. Mais nous ne voyons personne redescendre en paréo. Nous attendons donc que le signal soit lancé. Ce qui ne fut jamais le cas.
C’est par curiosité que Pa s’est rapprochée et a vu des couples commencer à prendre les serviettes. Nous les suivons et nous changeons. Les vestiaires sont bondés. Sur le coup, je me dis qu’heureusement, ce n’est pas notre première sortie. Je me souviens bien de la gêne éprouvée la première fois. Et à l’époque, nous étions assez seuls entre les casiers.
Nous redescendons et sommes arrêtés par une jeune fille qui a passé sa soirée assise sur un tabouret au milieu du passage. La partie bar reste habillée toute la soirée. Il faut faire le tour par le haut. Une fois de plus, rien n’est indiqué. Je repense à notre soirée à la biche coquine. Les couples n’aimaient pas passer leur temps à se changer. Résultat, ils restaient dans la zone Spa qui se trouvait embouteillée.
Lorsque nous traversons les coins câlins, mes impressions sont confirmées. Le couloir est bondé. Nous entrons dans le sauna. L’avantage, c’est que personne ne peut y rester très longtemps. A part peut-être Pa qui aimerait y passer sa soirée. Elle ne transpire jamais.
Mais je craque le premier et nous descendons au jacuzzi.

Nous réussissons à trouver une petite place près de la rambarde d’accès. Deux jeunes hommes (moins de 20 ans, c’est sur) sont assis l’un à côté. Les yeux grands ouverts. Ils ne perdent pas une miette du spectacle. Surement pas libertins, ils doivent faire partis des fameux VIP. Une initiation par papa ? Des invitations gagnées dans ce magazine qui a l’air de sponsoriser la soirée ?
Mais au moins, ils sont bien élevés et discrets. Ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’autres. Nous faisons un tour vers les coins câlins. Ils sont évidemment tous occupés. Quelques gémissements se font entendre, beaucoup de discussion aussi.
Ainsi quand nous rejoignons le hammam, après quelques minutes de tranquillité pendant lesquelles Pa me fait une fellation à couper le souffle, des voix commencent à s’élever dans ce havre de paix. Les libertins ont beau être bien élevés, ils n’en restent pas moins humains. Ainsi, s’ils sont rejoint par des VIP non libertins, et qu’on les oblige à se rhabiller pour prendre un verre, ils n’ont pas d’autre choix que de tenir salon de thé dans le hammam et les coins câlins.
D’un coup, le Moon City avait perdu de sa finesse.

Et le beau couple avec qui nous avions échangé quelques paroles sort du hammam en disant qu’il y avait de rares chances qu’ils reviennent dans cet établissement.

Nous les suivons quelques minutes après, les croisons dans le couloir, et Pa se dévoue pour sauver l’honneur du Moon City. Elles les invitent à nous rejoindre dans le jacuzzi pour discuter un peu. Nous nous trouvons un petit coin à droite. La discussion n’est pas évidente. Les cris, les chahuts sont nombreux. Il n’est pas évident de suivre. Et nous préférons nous embrasser côte à côte.
Pa me dira plus tard qu’elle a tenté une caresse vers madame, mais qu’elle n’a pas été suivie. Et la, je l’avoue. Nous avons commencé à coquiner dans le jacuzzi. L’étage était surpeuplé, et l’envie trop forte. Ce couple était très beau. Et leur attitude nous plaisait. Nous sommes restés très proches les uns des autres, mais le plaisir est monté très haut. Bien-sur, nous n’avons pas franchi la limite d’une jouissance dans les bulles, mais de grands gémissements ont été entendus. D’ailleurs, à un moment la jeune fille a caressé le dos de Pa. Qui m’avouera plus tard ne pas l’avoir senti. Dommage, le quatuor aurait été surement très beau. Puis quelques temps après, ils nous ont laissé. Au final, nous ne leur avons jamais demandé leur prénom. Et je le regrette. C’est tout à fait le type de couple que j’aurais aimé recroiser. A l’hyppocampe, pourquoi pas ! Qui sait ? Peut-être liront-ils ce billet. (Contactez nous même pour décliner la proposition)

Malgré cet intermède au combien plaisant, nous décidons de partir.

Nous nous changeons et allons prendre un verre au bar. Le spectacle que nous y voyons n’est pas très beau. En franchissant les portes western (enlevées pour l’occasion), nous voyons le podium abandonné, des prospectus qui jonchent le sol. Nous prenons rapidement un verre (petit. Pourquoi des petits gobelets en plastique ?).

A l’accueil, nous rendons la clé du vestiaire et notre charmante hôtesse écoute nos plaintes.
C’est ce soir là, le seul point positif du Moon City. Je crois que Julien a toujours fait attention à cela. Etre à l’écoute de ses clients.

Nous repartons dans le froid avec quelques certitudes en tête. Les soirées spéciales du Moon City, c’est fini. Nous reviendrons en semaine, surement un lundi parce que le mercredi c’est bondé aussi. Enfin, cette soirée nous a remotivé pour découvrir d’autres saunas

Seul lot de consommation : une belle rose pour Pa. A 10€ de supplément, ca fait un peu cher, non?

8 commentaires :

M. Chapeau a dit…

Quel fiasco ! J'en suis vraiment désolé pour vous.

Cela confirme mon appréhension vis-à-vis des soirées spéciales, qui ont l'air finalement moins libertines que les jours simples. La volonté d'ouvrir les clubs vers l'extérieur ne se fait hélas pas sans concession.

Cela dit, j'aurai été moins optimiste que vous sur le déroulement de cette soirée "sextoys". Je ne vois pas bien comment les espoirs de raffinement que vous aviez auraient pu être réalisés de façon réaliste. Ou alors, il aurait fallu bien plus que 10E de supplément pour engager des hôtesses à la hauteur. Arf.

Je ne comprends pas non plus, vu que vous avez des attentes bien précises en matière de libertinage, pourquoi vous reculez tant à contacter des couples qui les partagent ? Vous pourriez facilement vous mettre d'accord avant de sortir avec des gens du blog ou d'un forum.
Est-ce juste une question de timidité, ou avez-vous des restes d'hésitation concernant le libertinage ?

Bonne continuation, dans la vie et das vos récits que je prends beaucoup de plaisir à lire !

MMXVD a dit…

Bonsoir,

M. en vous lisant trouve votre discours rassurant! ;) Elle a trouvé plein de points concordant avec ce qu'elle a ressenti. (notamment les bavardages incessants, sauf qu'elle ça l'a bloquée complètement, vous avez réussi à faire un peu abstraction!)
Maintenant, en ce qui concerne le défilé, vous devez avoir lu que j'avais "googlisé", je savais donc ce que nous allions trouver et je ne m'attendais pas à mieux.
Nous avions prévu d'y aller en sachant bien que nous ne coquinerions peut-être pas. (ce qui fut le cas, snif!)
Mais comme nous étions à peu près sûrs que nous croiserions les doctis, nous avons tenté l'aventure. (Nous pensions également que vous vous trouveriez avec eux!)

Et le fait de se rhabiller au bar était certainement aussi un bémol à cette soirée. Quant aux VIP, ils ont eu l'avantage de bien nous faire rire.

Nous ne tenterons sûrement pas une autre soirée spéciale de ce genre nous non plus, mais nous avons passé au moins une première partie de soirée assez agréable. (il fallait venir!)

En tout cas, merci encore de vos récits sur ce blog, comme je le disais à Libertango, c'est une discipline que je (nous) n'arriverais (ions) pas à tenir sur le long terme.

X&M.
PS: mon impression se confirme. Costume bleu marine, chemise bleu ciel? Madame en robe gris foncé, cheveux tendance chatain clair presque roux et teint pale? Vous êtes passés devant nous pour monter au vestiaire lorsque nous discutions avec Lilou devant l'entrée du Lounge.
Mais vous pouvez garder le mystère. ;)

sandra a dit…

Bonsoir,
je suis tombée sur votre article par hasard en écrivant "soirée saint valentin moon city".

Sincèrement, j'ai ressenti les mêmes choses que vous !

Mais pour nous, c'était la première fois !
Heureusement, nous avons trouvé des habitués pour nous dire que c'était beaucoup mieux d'habitude.

J'ai DETESTE le début de la soirée !
J'ai trouvé les filles vulgaires ! Le défilé inutile ! Quant aux sex toys nous connaissions dejà !

Par contre, nous avons tout de même passé une très bonne soirée par la suite. Surtout quand le Moon s'est vidé un peu...

Je pense que nous y retournerons mais en dehors des soirées "spéciales".
Je n'ai pas aimé les journalistes, les photographes. MANQUE DE DISCRÉTION assurée !

Je n'ai pas compris non plus les gobelets en plastiques !

Par contre, si vous etiez arrivé un peu peu plus tot, un verre de champagne était offert :)

bises à vous.
Sandra

Laume a dit…

Bonsoir M.Chapeau,

pour répondre à votre première question...
La soirée sextoys aurait pu être beaucoup plus subtile de différentes façons. Les petites pochettes des clés du vestiaire aurait peu contenir un petit joujou peu onéreux comme le cockring vibrant ou des préservatifs parfumés. Un petit mot à ce sujet aurait pu etre glissé à l'entrée par l'hôtesse et aurait donné un ton original à la soirée. En altenative, une petite pochette contenant des boules de geisha aurait pu nous surprendre à l'ouverture de notre casier*.

Il me semble savoir que le moon city appartient au propriétaire du sexodrome. J'imagine que quelques tarifs négociés semblent envisageables. Une centaine de cockring ne doit pas fondre le budget de la soirée surtout quand la clientèle débourse 10 euros en + !

Comme Laume le disait, la présentation des sex toys à la criée n'était pas très classe malgré la bonne volonté de ce cupidon. Les pauses entre les défilés étaient longs. En tant qu'organisatrice, j'aurais profiter de ces breaks pour faire circuler le cupidon avec un panier de démo. Il aurait pu présenter, avec humour, quelques sex toys tirés à l'aveugle dans un panier par les spectateurs. Je pense juste que la forme de cette soirée n'a pas été assez réflechie pour etre à la hauteur du Moon city comme je le connais.

pour répondre à votre deuxième question...
Nous sommes entrain d'organiser nos prochaines sorties en couples. Nous nous rendons bien compte que notre première expérience, spontanée et en totale accord sans échange verbal, relève du miracle!

* Au passage, plein de choses pourraient etre faites avec ces casiers (soirées gages, soirées tatouages/nippies, soirée "killer")... idées à réflechir.


Bien libertinement,
Madame Pa

Laume a dit…

M. Chapeau :
Si un site arrive à distribuer 6000 sextoys gratuit en plein Paris (voir MMXVD pour l'info), c'est qu'un bon coup de pub est toujours payant.
Faire venir quelques hotesses pour présenter de manières classes auprès des clients auraient surement plus portés ses fruits que la. D'ailleurs, je ne sais meme pas quel site avait fourni les sex toys de présentation.
Elles auraient meme pu nous présenter discrètement un bon de commande.
Idem pour la lingerie.
En ce qui concerne nos rencontres, nous aimerions tellement que tout se présente a nous que nous en oublions parfois la réalité des choses. Mais vous savez, le couple que nous avons "cote a coté" pendant cette soirée, n'était pas loin de cet idéal. Et puis imaginer qu'ils puissent nous contacter après avoir lu notre blog, c'est déjà une très bonne dose d'adrénaline.

MMXVD : j'avais googlisé, mais rien trouvé. le lien m'interesse encore plus aujourd'hui.
Par contre, vous ne nous avez pas reconnu. ;-)
j'avais un pantalon de costume très foncé rayé et une chemise bleu nuit/noire. pa quant à elle était tout en noir (pantalon et pull fin en laine). Si nous avions su pour la tenue, elle aurait surement mis la robe qu'elle portait pour nos photos à Nantes - vois sujet en question.

Sandra - un instant j'ai cru que vous etiez notre couple de la saint valentin. Dommage

Laume

MMXVD a dit…

Re bonsoir,

Le mystère reste donc entier, tant mieux d'ailleurs, notre remarque sur le forum docti prenant ainsi toute sa valeur! ;)

Les différents liens ont été postés sur le forum docti. Bonne consultation.

X&M. (M est couchée depuis longtemps mais elle est de tout coeur avec moi! ;) )

PS: M. et moi étions aussi pris au dépourvus. Moi j'avais quand même un pantalon noir rayé avec pull beige. M. quant à elle avait gardé une robe de jour noire avec motifs et bottes noires. (blonde cendrée frisée qui rigole tout le temps, ça parle mieux pour elle en général.)

Comme une image a dit…

En toute franchise, le programme spécial Saint-Valentin affiché par le Moon ne me paraissait pas très affriolant, et surtout assez peu original. De toute façon, il est rare que je lutine le week-end d'autant plus que ma Valentine à moi est de l'autre côté du miroir. Ce fut donc pour nous soirée théâtre puis resto « standard » (celui où nous aurions voulu aller était complet).

Mais ce qui est drôle, c'est que sur le trajet du retour, je suis passé ... devant le Moon City. Je glissais des regards furtifs pour essayer de reconnaître éventuellement un visage connu. Il y avait pas mal de monde, de nombreux hommes, surtout, mais aucune tête ne m'était familière (les mauvaises langues diront que ce sont plutôt les paires de fesses que j'aurais pu reconnaître).

En tout cas, je suis triste pour ce couple qui y venait pour la première fois et s'est forgé une si mauvaise image de cet endroit pourtant délicieux.

liloo a dit…

Quelle surprise de découvrir petit petit, au fil de la lecture de ce billet, que c'est de moi dont on parle...!!
La retranscription de la soirée que vous faites y est tellement vraie...
Je me souviens très bien de notre rencontre, très bien de nos échanges, très bien de cet agréable moment dans le jaccuzi qui aurait pu l'être un peu plus...
Comme nous vous l'avions dit, nous ne sommes pas retournés au moon city depuis cette soirée, préférant l'hyppocampe, une valeur sure à nos yeux...un lieu délicieux ou nous serions ravis de vous retrouver...
Je n'en reviens pas d'être tombée (par le plus grand des hasards) sur votre blog qui vraiment abritent de bien jolies choses...
Peut-être pourrions-nous discuter de tout ça plus intimement, au plaisir de vous revoir !