lundi 2 février 2009

Retour au Moon City


Enfin le récit de notre dernière soirée au Moon City.

Nous n'y étions pas allés depuis 2 mois. C'est donc avec un peu d'appréhension que nous franchissions la porte.
Pa m’avait fait promettre de ne pas m’emballer. 2 mois sans sortir au Moon City, c’est aussi, pour nous, 2 mois sans libertiner.
Evidemment, j’avais hâte d’y revenir, mais avant même qu’elle me le dise, je savais que se précipiter et espérer n’apporterait que des choses négatives. A trop en vouloir, on finit par être déçu.

Pour une fois, nous sommes arrivés assez tôt. Bien avant le début du repas. Nous étions partagés entre l’idée de plonger dans le bain ou d’attendre pour nous sustenter. Notre dernière sortie avec le ventre vide ne nous avait pas laissés que de bons souvenirs.

Le diner est simple mais toujours aussi bon. Rien ne sert d’en faire des tonnes. Une fois le ventre plein, nous filons vers le sauna. C’est toujours un plaisir fou d’être accueilli par cette chaleur intense. Les premières bouffées d’oxygène brulent les poumons, mais on s’y habitue vite. Et progressivement, les plus volubiles se calment. Le silence s’installe.
Comme à son habitude, Pa ne transpire pas. Et moi, je me liquéfie.
Après un passage rapide par la douche, nous plongeons dans le jacuzzi. Enfin, nous essayons plutôt de trouver une place parmi les nombreux libertins qui nous entourent.

Je me détends, me laisse aller, me relaxe. Pa, quant à elle, n’a pas les yeux dans sa poche. Elle scrute les couples qui nous entourent. Je ne la laisse pas seule. Sur notre droite, un peu trop loin à notre goût, un couple est assis dans le coin. Elle, a un visage angélique. Une coupe de cheveux assez courte. Lui, a l’air sur de lui et aussi sur du charme de sa compagne. Nous n’avons pas le temps d’engager des regards croisés qu’un autre jeune couple les aborde. La femme au maquillage prononcé a une beauté racée et sauvage. Lui, des traits beaucoup plus doux. Et très vite leur corps se mélangent. Se mélangent aussi avec un homme très éloquent que la compagne avait abandonné quelques minutes plus tôt.
Rapidement, le mélange des corps de ces dames devient énergique, et semble tendre vers l’échange de leur compagnon. Ils disparaissent vite du jacuzzi. Nous n’avons pas de regret. Leur limite est bien différente de la notre.

Les yeux brulés par les bulles, nous montons au hammam. Nous y retrouvons les acteurs du spectacle du jacuzzi qui semblent continuer sur leur lancée. Nous regardons leur performance. Le couple angélique sort. Et l’homme au trait doux donne des signes de faiblesse et souhaite faire une pause. Mais sa compagne n’a pas l’air prête à s’arrêter et lui dit : "Viens me baiser!".
Pendant ce temps, nous ne sommes pas en reste. Nous échangeons caresses appuyées et baisers langoureux. Pa m’entraine donc vers les coins câlins. Nous laissons donc notre acolyte aux mains de sa tigresse.

Nous faisons le tour des alcôves. Qui sont malheureusement toutes occupées. Nous jetons un coup d’œil sur des corps qui se mêlent et pénétrons rapidement dans une chambre qui se libère. Nous faisons l’amour avec force et tendresse. Le retour au Moon City et dans le monde du libertinage se passe bien. Nous sommes en accord avec nous même, nos envies et nos limites.

Nous finissons par redescendre vers le jacuzzi. Nous trouvons une fois de plus une toute petite place. Une place peu appréciée, il est vrai, car, c’est de là que sortent les bulles les plus chaudes. Brulantes même. Nous sommes rejoints peu après par un couple qui se caressent doucement. Lui, un bel homme noir aux cheveux longs attachés. Elle, une beauté diaphane qui tranchent avec son ami. Leurs gestes sont doux. Amoureux. Je dirais débutants aussi.

J’ose intervenir auprès de Pa. Lui demandant si elle souhaite caresser notre voisine. Sa réaction est brutale. Elle ne veut pas que je lui dise ce qu’elle doit faire.

J’en apprendrais plus sur ce coup de sang sur le chemin du retour.

Notre libertinage est encore hésitant. Notre amour est fort, mais les sensations que nous vivons sont parfois déstabilisantes. Pa aime savoir que je ne désire qu’elle. Et dans les faits, c’est le cas. Peu importe, la beauté, le regard ou les paroles d’une fille à mon égard. Si Pa n’est pas dans le jeu, je n’éprouve aucune envie. A contrario, si Pa est dans la partie, mes sens bouillonnent et j’en viens à tout oublier. Elle représente tout pour moi.

Pour en revenir au récit de cette soirée. Pa a mal compris mes propos sur le coup. Cette fille avait beau être très jolie. Ce qui la rendait désirable, ce sont les mains de Pa qui allait parcourir son corps.

Je prends Pa dans mes bras et elle tente quelques caresses vers cette fille. Mais ils s’éloignent et quittent les bulles bienfaisantes.
Je reste persuadé qu’ils sont débutants et qu’ils sont partis sur l’impulsion de madame, parce que monsieur semblait intéressé par notre manière de faire. La douceur et la délicatesse de Pa lui avaient plu.

Mais Pa est vexée par cet échec. Ce n’est que la deuxième fois dans notre jeune vie de libertin que nous tentons un rapprochement. Compte tenu du fait que la première avait entrainé notre première expérience avec un couple et qu’elle reste gravée dans nos mémoires tellement les sensations que nous avons vécues ont été fortes, Pa vit très mal cette déconvenue.

Elle a l’air de ressembler à une adolescente qui vient de se voir refuser une soirée avec un garçon qui possède scooter et brushing.

Nous retournons vers le sauna et le hammam mais Pa n’est plus dans l’ambiance. Et je sens déjà que notre retour va être riche en discussion.

Nous filons prendre un verre au bar et allons nous rhabiller.

Nous discutons beaucoup dans la voiture, nous revivons la soirée, nous nous expliquons sur nos actes plus ou moins bien compris par l’autre. Nous arrivons à destination avec l’esprit reposé. Finalement, je suis assez content de ne pas vivre à 5min du Moon City. Nous n’aurions pas le temps de tant échanger.

La fin de la nuit fut ardente. C’est surement pour cela que nous envisageons d’y retourner rapidement.
Nous attendons des coups de pouce de votre part. Vous connaissez notre coté joueur et aventureux. Préparez-nous une petite invitation un peu mystérieuse et nous ne pourrons la refuser tant notre curiosité aura été piquée à vif.



Info techniques :
Le Moon City a profité des vacances de Noël pour se refaire une petite beauté.
Le hammam a été entièrement carrelé. C’est beaucoup moins glissant.
Des caillebotis ont été installés dans les douches du bas. Il est vrai que l’entrée dans les douches avait tendance à se transformer en séance de skimboarding.
Enfin, les marches des escaliers ont un peu perdu de leur décoration au profit de carreaux agrippant beaucoup plus rassurant avec les pieds mouillés ou chaussés d’escarpins.

2 commentaires :

X a dit…

Bonsoir,

plutôt content d'avoir pu vous laisser finir hier soir ce message si bien rédigé.

Nous sommes lecteurs de votre blog depuis un petit moment et nous tenions vraiment à vous féliciter pour ses récits si emplis de sentiments amoureux et sincères.

A chaque lecture, nous nous disons: "Ils ont ressenti la même chose." Evidemment, nos limites actuelles sont beaucoup plus softs, notre immersion dans ce monde plus lente, mais certaines phrases sont vraiment éloquentes comme celles-ci: "notre libertinage est hésitant. Notre amour est fort, mais les sensations(...) destabilisantes." Peut-être est-ce le ressentiment de tous les libertins "débutants". (en tout cas, nous aurions pu écrire la même phrase)

Ce n'est qu'un commentaire, je ne vais donc pas non plus philosopher plus avant et polluer ce message pour rien. Peut-être aurons-nous l'occasion d'en discuter un jour. Qui sait?

Encore merci pour ces récits délicieux. (les nôtres sont sur le forum du site oukokiner mais plus insipides j'en ai peur, et le pire c'est que je suis dialoguiste, lol!)

Nous avons hâte de lire les prochains. (nous retournerons peut-être au Moon City ce mois-ci, les vacances (baby-sitter un peu plus libre) nous permettront peut-être de goûter à une de leurs soirées couples, nous n'avons goûté qu'au lundi après-midi.)

MMXVD95
PS: Félicitations également pour vos photos: ma préférée étant celle où l'on voit la charpente avec madame de dos, magnifique contre plongée, une photo très riche en détails.

M. Chapeau a dit…

Dommage que ce contact raté vous ait gâché la soirée. Je comprend parfaitement, étant passé par un moment de découragement similaire lors de la nôtre. (Mlle Coquelicot n'en est d'ailleurs pas encore totalement remise.)