vendredi 19 décembre 2008

Jour 19 : Lecture

Après ces 3 jours de luttes contre les virus, tu as encore besoin de repos.

Ce soir, je te ferai donc la lecture d'une histoire.

Peu de chance que cela parle d'une princesse et d'un chevalier venant à son secours. Ou alors, cela finira surement par une grande chevauchée.


____________________________________________________________________
Edit :
Ci dessous, vous trouverez un texte de Blondy, auteur oeuvrant à l'occasion sur revebebe.
Texte que ma douce a pu écouter avant de s'endormir.
Emma :
Emma finissait sa cigarette. La pause déjeuner était terminée. Elle devrait reprendre son travail d'orthophoniste d'ici peu. Elle savourait chaque bouffée. Encore une personne qu'elle devrait aider. Encore un oisillon sorti de son nid qu'elle devrait pousser à s'envoler vers quelque chose de meilleur.
La jeune femme adorait son métier, mais il était vrai aussi qu'il était parfois fatigant, car elle travaillait la plupart du temps avec de jeunes enfants, souvent turbulents, qu'elle devait "mater" pour les aider à corriger leurs problèmes.
Perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas que quelqu'un frappait à sa porte. Au bout de la troisième fois, elle réalisa qu'un client attendait patiemment qu'elle lui réponde. Confuse, elle se précipita pour lui ouvrir.

- Bonjour, dit-elle, vous êtes monsieur Christophe W. ?
- Oui, lui répondit un homme d'une trentaine d'années à la voix profonde et chaude.
- Entrez, prenez place, l'invita-t-elle de la main.

Une fois réfugiée derrière la barrière de son bureau, elle reprit contenance. Cet homme la troublait. Des yeux de feu, d'une couleur indéfinissable, variant entre le bleu, le vert et le gris. Une bouche sensuelle à souhait qu'elle s'imaginait goûter de sa langue.
De son côté, le jeune homme était lui aussi fort troublé par le regard bleu profond de la jeune femme. Elle avait beau parler, il ne comprenait rien de ce qu'elle lui disait. Il était subjugué par elle. Hypnotisé par ses lèvres pleines. Il n'avait qu'une envie, l'embrasser. Quand il se rendit compte qu'elle attendait la réponse à la question qu'elle venait de lui poser, Christophe toussota pour reprendre contenance.

- Alors je vous écoute, monsieur W., répéta la jeune femme.
- Et bien voilà mon problème, dans mon métier, j'ai besoin de taper régulièrement des rapports et malheureusement, j'ai toujours eu des problèmes de français, une amie m'a conseillée de consulter un orthophoniste, c'est pourquoi je suis là aujourd'hui.
- Oui je vois ce dont vous voulez parler, le rassura-t-elle d'un joli sourire. N'avez-vous jamais consulté auparavant d'autres confrères ?
- Non jamais, répondit-il un peu gêné, mes parents pensaient que mes problèmes venaient d'une forme de paresse et n'ont jamais eu l'idée de consulter.
-Bien, je comprends. Nous allons d'abord essayer de voir où se situe le problème. Je vais vous dicter un petit texte, puis nous vérifierons ensemble.

La jeune femme lui tendit une feuille de papier blanche, ainsi qu'un stylo. Elle ouvrit un livre qu'elle venait de prendre sur son étagère, puis vérifiant que le jeune homme était fin prêt, elle commença la dictée.
Dix minutes plus tard, tout était terminé. Emma fit le tour du bureau et s'installa aux côtés du jeune homme. Celui-ci se trouva soudain troublé, par le rapprochement de la jeune femme, son parfum suave lui picotait les narines. Les vêtements qu'elle portait mettaient en valeur les jolies rondeurs de sa silhouette. Il aperçut les seins aux pointes tendues sous le tee-shirt relativement moulant, ce qui lui provoqua un début d'érection.

Voulant reprendre contenance, il bougea sur le fauteuil et tenta de se concentrer sur les corrections de sa dictée, essayant de comprendre ce que lui racontait la jeune femme.

Emma, de son côté, avait dû se reprendre, elle aussi, elle avait ressenti le trouble qu'elle avait provoqué par sa proximité. Elle s'était secouée mentalement, pour redevenir la professionnelle qu'elle était.

Une bonne demi-heure plus tard, l'homme prit congé.
Après son départ, toujours aussi troublée, Emma posa sa main sur son sein sans vraiment se rendre compte de ce qu'elle était en train de faire. Cet homme l'avait excitée, mais elle n'en connaissait pas vraiment la raison, car, même s'il était fort séduisant, elle n'avait jamais réagi d'une telle manière. Reprenant conscience de son geste, elle se ressaisit, se préparant à l'arrivée de la personne suivante.
Leur prochain rendez vous était fixé pour la semaine suivante. Il devait être son dernier client de la journée.

La semaine passa sans autres "problèmes". Mais Emma restait malgré tout troublée, elle rêvait de cet homme quasiment toutes les nuits. Des rêves érotiques pour la plupart. Dans des lieux et des circonstances parfois insolites. Mais ce qui l'avait vraiment marquée, c'était celui où elle faisait l'amour avec lui dans son bureau. Emma s'était réveillée fort excitée, et avait dû prendre son plaisir de manière solitaire, la laissant sur un goût amer.

Le jour J arriva, la dernière heure de travail. La jeune femme était impatiente de retrouver le jeune homme. Son excitation allait grandissante. Soudain, un coup fut frappé à la porte.

- Entrez, fit-elle d'une voix qui se voulait tranquille et sereine.
- Bonjour, lui dit timidement Christophe.
- Bonjour, installez vous je vous prie.

Le jeune homme s'installa confortablement dans le fauteuil, face à la jeune femme. Ils se sourirent, presque complices en cet instant. Emma se redressa sur sa chaise, raidissant son dos pour paraître plus concentrée, mais rien à faire. Il avait un sourire si ravageur que la jeune femme ne pouvait que se laisser troubler.

- Excusez-moi, fit le jeune homme. Je peux vous poser une question ?
- Heu... Oui bien sûr monsieur, lui répondit la jeune femme étonnée.
- Voilà... Heu... Je ne sais pas comment vous poser cette question, mais... êtes-vous célibataire ? demanda-t-il d'un trait en rougissant violemment.

Interloquée, Emma ne sut que répondre. Elle croisa le regard brillant de milles étoiles de Christophe. Il lui sourit timidement, comme pour s'excuser de sa question très personnelle. A son tour, la jeune femme rougit sous les yeux perçants de Christophe et, dans un sourire, elle lui répondit :

- Bien que cela ne vous regarde en rien, je suis en effet célibataire. Cela change-t-il quelque chose à votre démarche ?
- Oui en quelque sorte, dit-il, en se levant et en se dirigeant vers elle, j'ai envie de vous et je ne dors plus depuis notre dernier rendez-vous...

Emma en resta bouche bée, elle le regarda se rapprocher d'elle, tel un fauve prêt à bondir sur sa proie. Son cœur battait à cent à l'heure. Sa respiration se faisait courte. Elle était comme paralysée.
Christophe lui prit les mains et sans un mot la fit se lever, puis la plaqua contre le bureau. Et, dans un dernier regard, il fondit sur elle, dans un baiser sensuel, chaud, humide, profond. Emma sentait contre son ventre l'ardeur de son désir. Elle aussi était très excitée. Pendant qu'il l'embrassait goulûment, il retira du pantalon le tee-shirt et le remonta lentement, frôlant au passage la peau de la jeune femme, ce qui la fit frissonner de plaisir. Il dévoila la pulpeuse poitrine d'Emma, emprisonnée dans un écrin de dentelle rouge. Christophe se pencha et embrassa le décolleté généreux de la jeune femme. Elle gémit de plaisir. Il retira le tee-shirt, puis d'un geste presque professionnel dégrafa le soutien-gorge. Les seins s'épanouirent d'avantage, enfin libérés de leur carcan. Le jeune homme prit dans ses mains les deux globes, les massa lentement, agaçant les pointes, tout en continuant à embrasser la jeune femme qui gémissait de plus en plus.

Emma fit descendre ses mains le long du torse et à son tour, retira le tee-shirt de Christophe, lui déboutonna le jean et le fit glisser le long de ses cuisses, accompagné du boxer. Elle vit alors apparaître un sexe d'homme dans toute la splendeur de l'excitation. Un sexe aux proportions agréables, joliment dessiné et déjà légèrement humide. Dans sa position accroupie, Emma n'eut aucune peine à venir lécher le gland tendu, gonflé. Elle le taquina du bout de la langue, l'agaçant à son tour, lui rendant la monnaie de sa pièce.

- Humm c'est bon ce que tu me fais... heu...
- Emma ! dit-elle en lâchant quelques secondes le sexe bandé.
- Hummm oui Emma, très bon, continue...

Emma ne se le fit pas dire deux fois et engloutit d'un seul coup ce sexe d'homme, comme si elle avait voulu l'avaler. Ce geste apporta à Christophe un sursaut violent de plaisir. Il se mit à limer dans sa bouche, comme s'il s'agissait de son sexe. Emma essayait tant bien que mal de suivre le rythme relativement soutenu, manquant parfois de s'étouffer. Mais le jeune la respectait et, ne voulant que lui procurer du plaisir, il finit par ralentir la cadence. D'un geste, il l'invita à se redresser, éparpilla les papiers alentours et fit basculer la jeune femme. Il défit les boutons de son pantalon et le retira, ainsi que le joli string rouge qui allait avec. Il dévoila un sexe joliment épilé.

Christophe était de plus en plus excité par la situation, il bandait comme il ne l'avait jamais fait auparavant. Il écarta les cuisses de la jeune femme, offrant à son regard le sexe ouvert. Il se pencha, écarta au maximum les lèvres, faisant apparaître le clitoris qui bandait comme un petit sexe d'homme. Il donna un coup de langue qui fit bouger la jeune femme, puis enfuit sa bouche dans ce sexe offert. Il lécha la jeune femme, faisant monter aux creux de son corps une jouissance insoupçonnée. Emma était presque à l'agonie tant son plaisir était intense, elle ressentait les prémisses de ce plaisir qu'on dit parfait.

Après avoir fait jouir la jeune femme, Christophe présenta son sexe à l'entrée de la grotte féminine. Il la pénétra du bout du gland, histoire de l'exciter d'avantage. Puis, lentement, il fit pénétrer le reste de sa queue, jusqu'à la garde. Il se pencha ensuite pour embrasser la jeune femme, leurs langues se mêlant à plaisir. Puis il commença ses va-et-vient à l'intérieur de ce fourreau chaleureux. Emma gémissait, feulait presque.

- Oh oui c'est vraiment trop bon ! dit-elle le souffle court.
- Tu aimes ma queue ?
- Je ne l'aime pas ! Je l'adore !!!

Et ils éclatèrent de rire. Emma accompagna d'un mouvement de hanche, les coups de boutoir de son partenaire. Après quelques minutes de ce manège, Christophe la fit se retourner afin de la prendre en levrette. Les seins écrasés sur le bureau, la jeune femme offrit au jeune homme un beau postérieur, qu'il ne manqua pas de claquer doucement. Emma cria de dépit, elle ne voulait pas qu'on la frappe, elle voulait à nouveau sentir cette queue bien dure coulisser dans son sexe détrempé. Dans un seul mouvement, il la pénétra. Puis se mit à limer de plus en plus vite, donnant une cadence infernale à leurs ébats. Emma se mordait les lèvres, elle était partagée entre plaisir intense et légère douleur.
Les coups de boutoir allaient bon train, la jeune femme sentit que le plaisir montait à nouveau et après quelques secondes, elle jouit dans un cri, les muscles de son vagin se contractant, emprisonnèrent d'avantage le sexe de Christophe. Celui-ci faillit jouir à son tour, mais voulant retarder au maximum l'ultime moment il s'arrêta, laissant la jeune femme savourer son plaisir.

Puis, lentement, il reprit ses mouvements de va et vient, dégustant le plaisir que cela lui procurait. Après quelques minutes, il se retira, prit la jeune femme, et l'amena vers le fauteuil où il était assis auparavant. Il s'installa, fit s'agenouiller Emma et posa ses bras sur les accoudoirs. La jeune femme n'eut aucun mal à comprendre le message, elle reprit son sexe en bouche, le masturbant d'une main, pendant que l'autre malaxait doucement ses couilles. Christophe se mit à gémir de plus en plus fort, accompagnant parfois d'un mouvement de hanches la fellation de la jeune femme. Emma accéléra peu à peu ses mouvements et finit par provoquer la jouissance de Christophe. De longs jets de sperme partirent par saccade dans la bouche de la jeune femme. Emma, qui n'avait jamais laissé un homme jouir dans sa bouche, ne sut quoi faire de ce liquide visqueux. Elle finit par le laisser couler le long du sexe encore bien tendu du jeune homme, continuant à le lécher, le sucer, voir même à le mordiller doucement.

Relevant les yeux, elle croisa son regard de braise. Un magnifique sourire de plaisir et de remerciement s'affichait sur son visage. Il se pencha vers la jeune femme, et embrassa la jeune femme, mêlant à la fois sperme, cyprine et salive, ultimes parfums de leur plaisir...

Aucun commentaire :