dimanche 16 novembre 2008

L'Orchidée Noire


Après une soirée comme la veille, nous avions besoin de retrouver les bienfaits d'un bon club libertin. Jusqu'alors le Moon City était notre maitre étalon et la biche coquine n'avait pas su trouver une place dans notre cœur. Malgré les installations de bonne qualité, le manque d'un sauna, d'un hammam et l'omniprésence de cette piste de danse nous avaient refroidis.

Nous nous sommes réveillé un peu tôt après cette nuit si courte, mais c'est aussi cela qui fait le bonheur des chambres d'hôtes. Après un petit déjeuner solide avec pain frais, confitures maison et jus d'oranges pressées, nous avons fait un petit tour dans Nantes avant de rejoindre notre nouvelle chambre d'hôte.
Un château situé au sud de la ville au milieu d'une zone résidentielle. Les pierres étaient abimés et malgré le triste temps, nous savions que le potentiel du lieu pouvait être énorme.
Nous sonnons à la porte, et attendons quelques minutes avant qu'on nous ouvre la porte. Contrairement au gite de la nuit précédente, le propriétaire est beaucoup moins aimable. Nous sentons que nous dérangeons. Peu importe, sur leur site, la chambre que nous avions choisie avait l'air magnifique. Nous pénétrons alors dans la tour du château. C'est en fait un duplex. Au niveau bas, la salle de bain, spacieuse, équipée d'une douche à jets masseurs. A l'étage, une chambre ronde, entourée de fenêtres basses et une hauteur sous plafond hallucinante. La séance photo allait être incroyable.

Nous nous y mettons sur-le-champ. Le résultat : ici.

Puis nous nous décidons à prendre la route. Nous avons rendez-vous avec des amis nantais, mais sur le chemin, nous souhaitons nous arrêter. Le but? Prendre une petite photo et l'envoyer par MMS à O et C, nos amis de Versailles Off. Amis qui ont décliné l'invitation et se sont rendu la veille à l'Acanthus. Une photo sexy, perdu en pleine nature, ce n'est jamais gagné. Cela fait souvent cru et vulgaire. Mais Pa est motivé, et malgré le froid, s'imagine une photo prise dans le brouillard. Et moi, photographe, je pourrais même garder mon manteau. Que demander de plus?
Nous sortons au hasard de la route (la Ville au Denis) nous dirigeant vers un bois. Quelques voitures sont garées et d'autres partent d'un parking où trône un panneau centre aéré. Pa me fait remarquer que ce n'est surement pas le meilleur endroit pour s'exhiber, mais un dimanche, il y a peu de chances de rencontrer des enfants en culotte courte.
Je ne sais pourquoi mais, immédiatement, j'ai senti que nous n'étions pas dans un lieu habituel. Certaines voitures qui partaient à notre arrivée, faisaient demi-tour, et passaient et repassaient devant nous. D'un coup, le coin n'était plus tranquille.

Nous reprenons notre route et nous rendons au hangar à bananes, haut lieu des sorties nantaises dans ce lieu ouvert depuis mi 2007.

Enfin, nous nous dirigeons vers l'Orchidée Noire. C'est un club dont nous avons souvent entendu parler, qui a l'air d'être de bonne qualité et dans lequel nous retrouverons surement nos repaires.
L'entrée est discrète. A l'intérieur, nous découvrons Mylène. Un personnage! Elle tutoie tout le monde, appelle Pa, mon petit. Mais elle est complètement débordée. Elle semble seule à ce moment là. Elle vient de prendre son service et nous ne lui en tenons pas rigueur.


Le lieu correspond déjà plus à nos attentes. Il y a certes une piste de danse, mais elle est minimaliste. Le club est plongé dans une obscurité profonde. Seul le blanc des serviettes tranche sur le noir ambiant. Il y a beaucoup d'hommes au bar, et le couple, qui nous a suivi à l'entrée, s'installe sur une banquette. Nous profitons des derniers mets encore disponibles au buffet et prenons un verre de punch. Il est succulent et pour une fois, la dose d'alcool est raisonnable.

Nous décidons de faire la découverte des lieux par nous-mêmes. Nous passons donc le bar, traversons la piste, apercevons à notre droite la partie balnéo éclairé par un halo bleu, et prenons la direction de l'étage. Les vestiaires sont juste en haut de l'escalier, nous en profitons donc pour nous changer et nous mettre dans une tenue plus appropriée. Il n'y a aucun rideau, mais la lumière est tamisée créant une atmosphère intime.
Une fois à l'aise, nous prenons le chemin des coins câlins. Nous souhaitons découvrir les lieux afin de préparer le terrain. Au cas où! ;-)

A ce niveau, le club ressemble vraiment à une maison bourgeoise, nous circulons dans un couloir. C'est familier pour moi. Cela me ressemble étrangement au style de notre immeuble versaillais.
Mais une chose me dérange, le sol est recouvert de moquette et ceci, dans le couloir et toutes les pièces. Immédiatement, je me dis que l'entretien ne doit pas être évident.
Nous sommes favorablement surpris par la décoration. Ce ne sont pas des coins câlins, ce sont des chambres, il y a donc de l'espace, des fauteuils et elles sont toutes décorées. Miroir brisé au mur, tenture zébrée, ou léopard... Une pièce est même équipée d'un miroir sans tain. Les personnes peuvent donc éclairer ou tamiser la pièce pour être vu ou non. Sur notre droite, une chambre avec un très grand lit et un vidéoprojecteur qui diffuse un film X. Au fond, la salle SM, sa croix de saint André,... Mais le sol est mouillé, on ne sait ce qu'il s'y est passé. Je n'ai pas d'odorat ou presque, mais Pa me fait comprendre que cela sent des pieds, moi j'aurais plutôt dit el moisi. Cela sent partout à l'étage. D'un coup, le manque de lumière n'est plus rassurant, on a envie de voir ce sur quoi on marche et ce que l'on touche.

Pa n’est pas à l’aise. Il faut dire que nous n'avons croisé jusqu'à maintenant que des hommes et certains d'entre eux offrent des visages d'épouvante dans l'obscurité ambiante.
On se croirait dans un mauvais film d'horreur.

Nous redescendons vers la balnéo, nous avons besoin de nous calmer. Nous prenons une douche dans une partie exiguë et allons profiter du sauna. Petit mais agréable. On y tient à 3 voire 4. Puis nous enchainons jacuzzi et hammam entrecoupés de douche. Mais nous sommes désespérément entourés d'hommes seuls. Je n'ai pas l'impression qu'ils nous regardent ou nous lancent des appels du pied. La première idée qui me vient en tête c'est qu'ils doivent faire affaire d'habitude à des couples plus entreprenants que nous. Je reste dans le jacuzzi pendant que Pa retourne au sauna, son péché mignon. C'est d'ailleurs là que nous aurons la confirmation que la Ville au Denis est un haut lieu de l'exhibition nantaise. Nous aurions voulu le faire exprès que nous n'aurions pu.

Le spa nous a requinqué et nous tentons une visite aux coins câlins. Derrière le miroir sans tain, une femme subit les assauts de 6 hommes et beaucoup d'autres se touchent dans le couloir en les regardant. On apprendra plus tard qu'elle téléphone à son mari pendant ses ébats, qu'elle lui fait entendre ses gémissements et encouragements, et enfin qu'elle rentre chez elle, le visage recouvert de sperme. Ce n'est vraiment pas notre fantasme, mais pourquoi pas !! Chacun fait ce qui lui plait.

Nous entrons dans une chambre. Je cache le judas. Nous découvrons alors que le lit est recouvert d'un drap. Il a l'air frais, mais combien de temps le restera t il?
Nous ne sommes plus spécialement d'humeur coquine. Nous décidons alors de partir après un dernier verre.
Sur le chemin de notre chambre d'hôtes, nous parlons peu. Atterrés par notre soirée. Nous aurons par la suite beaucoup de qualificatifs pour décrire cet endroit.

En y repensant, je me rends compte que l'ambiance était principalement la cause de tous ces hommes seuls. Nous préférons les soirées couples ou les soirées mixtes, mais dont le quota d'hommes seuls est modéré. Evidemment, je n'ai pas eu l'odeur. Et les déchets laissés par les hommes seuls sur le chemin ne seraient surement pas là après le passage de couples. Et puis, j’ai tendance à penser qu’un vendredi ou samedi soir, Mylène n’est pas seule derrière le comptoir et au ménage.

Aujourd'hui, nous sommes un peu refroidis par le monde du libertinage. Nous souhaitions découvrir autre chose que notre club fétiche, le Moon City. Nous en sortons extrêmement déçus. Et nous ne sommes plus trop dans l'ambiance de coquiner. Nous espérons trouver un second souffle.

G.

6 commentaires :

Neocouple a dit…

Coucou vous deux,

Je viens de lire avec attention vos commentaires sur les 2 clubs....

Pour ce qui est de la Biche coquine, nous avons, malheureusement eu les mêmes impressions que vous ! :(

Pour ce qui est de L'Orchidée, je peux vous assurer que c'est un club très propre, mais il est vrai que les hommes seuls sont un peu une plaie par moments.
Mylène devait être débordé, ce qui n'est pas le cas le Vendredi soir et le Samedi soir (elle est aidée par Maurine, ou d'autres charmantes jeunes filles).

Ne restez pas sur une mauvaise image de ce club, et revenez parmi nous un samedi soir, nous vous accueillerons avec plaisir..

Bises à vous deux

Les Néos

ErwanBertin a dit…

Bonjour,
Je confirme que l'orchidée noire est un club réputé à nantes, j'y ai été 3 fois et 1 fois dans un autre...
j'ai bien aimé les 2 première fois avec une amie, celà dit la dernière fois que j'y suis allé, j'y était en tant qu'homme seul, ma compagne n'étant pas vraiment libertine, et j'ai eu bcp moins de succès que quand j'étais venu accompagné, ça m'a un peu déçu, mais après ça peut dépendre des soirées...
Le best à priori c'est les soirées limitées à 10 mecs... mais faut faire partie des 10 évidemment... j'ai pas encore eu ce plaisir.
d'ici quelques mois je vais quitter le 44 pour le 78 où je connais très peu de monde...
On aura peut être l'occasion de s'y croiser.
Erwan.

Anonyme a dit…

Pour les personnes préférant les ambiances plus festives avec un accueil chaleureux un bon repas une excellente hygiène et où l on y croise quasiment que des couples je recommande le liberty station au prinquiau à côté de st Nazaire

Pa Laume a dit…

On nous avait parlé du liberty station. Mais nous avions du faire un choix.
Nous passons de temps en temps dans le coin. nous le testerons sans faute.

Anonyme a dit…

Il ne faut pas aller c de la merde c tres rare qu'il y a des couples ou femme seule j'y étais 3fois la journée et 4 fois le soir c vraiment nul

juju de nantes a dit…

juju de nantes je vous dit c tres sale les dras sont pas lavé des mois sa ma donné des gradelle et ma femme osi la responsable tres sauvage leau est sale c humide sa merite de fermé les jus eco c c c la merde il faut pas allé la